Les archives déclassifiées (1): Freedom of Information Act

Date 26 novembre 2013 |

Parmi les nombreuses sources d’archives accessibles en ligne, les archives déclassifiées prennent une place particulière. Tout d’abord au niveau quantitatif, chaque déclassification apportant son lot important de nouvelles sources. Mais aussi en raison du processus d’acquisition de ces archives.

Cet article est le premier d’une série sur les archives déclassifiées aux Etats-Unis mais aussi en France. Aux-Etats-Unis tout d’abord, en raison de la spécificité du système instauré par le Freedom of Information Act (FOIA), permettant l’obtention d’informations jusque-là classées confidentielles. En France ensuite, à travers les cas de demandes de déclassification auprès de la Commission consultative du secret de la Défense nationale (CCSDN) ou encore des archives Mitterrand.

Le Freedom of Information Act

Le Freedom Information Act, ou loi pour la liberté d’information, fut voté le 4 juillet 1966 par le président Lyndon Johnson. Elle oblige les agences fédérales à transmettre leurs documents, à quiconque en fait la demande. L’association National Security Archive (archives de la sécurité nationale), située au sein de l’Université Georges Washington, se charge de conserver mais aussi de demander la déclassification de documents par l’administration américaine.

En août 2001, la National Security Archive publiait sur son site un briefing book sur le rôle joué par les Etats-Unis pendant le génocide au Rwanda. Comme l’indiquait alors William Ferrogiaro en charge de ce programme et dont je traduis le propos, les documents déclassifiés montraient que:

-contrairement à des déclarations publiques antérieures, les Etats-Unis avaient fait pression sur l’ONU pour un retrait total des forces de l’ONU au Rwanda en avril 1994

-le secrétaire d’Etat Christopher Warren n’a autorisé les responsables américains à utiliser le terme de génocide qu’à partir du 21 mai 1994. Malgré cela, les responsables américains durent attendre encore trois semaines avant de pouvoir utiliser le terme en public

-les conflits internes à la bureaucratie américaine ont ralenti la réaction face au génocide

-les Etats-Unis ont refusé de brouiller les émetteurs de la radio RTLM pour des raisons financières mais aussi en raison d’inquiétudes sur le respect du droit international

-Les responsables américains savaient qui conduisait le génocide et discutaient avec eux afin de mettre fin aux violences.

Seize documents déclassifiés sont mis en ligne en  2001 et renseignent sur ce que savaient les Etats-Unis au cours de cette période. Très peu de temps après leur mise en ligne, Samantha Power publiait dans the Atlantic un important article sur la politique  américaine au Rwanda pendant le génocide1. De nombreux documents ont été déclassifiés et commentés par la suite, que ce soit en mars 2004 ou en avril 2004. A partir de ce fonds, il est possible de mieux comprendre la politique d’inaction américaine pendant le génocide. Et il est bien difficile de comprendre la rationalité des nombreux textes se donnant pour mission de prouver que les Etats-Unis avaient préparé dès les années 1980 un plan de domination géopolitique de la région.

Notons qu’une comparaison des différences d’action politique au niveau international pendant le génocide serait particulièrement pertinente. Ainsi, il est intéressant de voir qu’un pays comme la République Tchèque, sans intérêt géopolitique spécifique dans la région de l’Afrique des Grands-Lacs, essaya en 1994 de changer le cours des débats du Conseil de Sécurité sur le Rwanda2.

Enfin, au-delà du contenu même des ces documents sur le Rwanda, le processus d’acquisition est lui aussi important. La NSA s’est ainsi rendu compte du fonctionnement erratique de l’institution en charge du déclassement. En effet, certains documents ont été déclassifiés de façon différente à chaque demande publique.

The US Department of State

Le département d’Etat américain a mis en place un site internet dédié au Freedom of Information Act, présentant les modalités d’obtention d’information, un guide des sources déclassifiées mais aussi divers rapports. Ce site présente aussi un lien vers l’Open Government Initiative, une initiative visant à penser la question de la transparence des informations sur Internet. Cette question complexe s’est enrichie ces dernières années des débats autour de Wikileaks ou encore de l’affaire Snowden. Plus récemment, les propos d’un père fondateur d’Internet, Vint Cerf, sur la vie privée comme anomalie ont relancé cette question.

En 2012, le département d’Etat américain mettait en ligne une collection spécifique sur le Rwanda (Rwanda declassification collection) comprenant plus de 2000 documents. Mais récemment, pour des raisons que j’ignore, il n’est plus possible d’y accéder directement. Il faut passer par d’autres options, comme l’inutilisable Virtual reading room. Il est possible aussi de trouver une version de ce fonds un peu plus facilement sur Scribd, mais cette solution reste peu pratique.

Au-delà de sa soudaine disparition, il est étrange que les documents qui ont été alors publiés ne circulent pas plus, sachant pourtant qu’ils étaient présentées de façon extrêmement claire. Ayant pu faire en mai 2013 une copie intégrale des pages concernées, je mets en fin de page le descriptif en anglais des documents déclassifiés ainsi qu’un inventaire des documents.

Comme l’indiquent les informations alors produites sur le site du département d’Etat américain, cette collection ne concerne pas uniquement le génocide au Rwanda mais aussi de façon générale l’histoire de l’Afrique des Grands-Lacs.  La question des réfugiés rwandais au Zaïre est ainsi fort documentée, deux ans après la parution du Mapping report (qui mériterait un véritable article). Ce dernier point est particulièrement nouveau, au vu de la documentation mise en ligne sur le massacre commis à Kibeho le 22 avril 1995 par le FPR. Ce dernier, bien que reconnu par le nouveau gouvernement d’Union nationale, fait l’objet d’un certain tabou mémoriel mais aussi historique.
Son impact est pourtant tout sauf négligeable. D’une part en raison de la réalité même du massacre et de ses conséquences sur le retour au Rwanda des réfugiés rwandais vivant alors dans les pays de l’Afrique des Grands-Lacs. D’autre part pour son impact sur la construction intellectuelle sur le Rwanda. Il apparaît évident que le massacre de Kibeho entraîne une rupture radicale entre ceux qui continuent à soutenir le nouveau gouvernement d’Union nationale et ceux qui s’y refusent. Cette rupture se lit encore aujourd’hui dans de nombreux travaux.

De façon générale, ce fonds permet de rappeler que la violence au Rwanda ne s’arrête pas en 1994 mais continue jusqu’à la fin des années 1990. L’évolution politique et la pacification du Rwanda à partir de l’élection à la présidence de Paul Kagamé apparaît évidente.

La collection de documents propose aussi de nombreux documents inédits sur les Accords de paix d’Arusha, la Minuar, le génocide ou encore les crimes de guerre.  Les documents sur le génocide sont particulièrement importants, ainsi que ceux sur la mise en place du Tribunal Pénal International

Bien sûr, ces archives déclassifiées posent questions aux historiens. Comment les utiliser? Comment les citer? Comment savoir les raisons de leur déclassification? Quels documents restent classifiés? Tous ces faits doivent être pris en compte. Mais, en complément d’un travail sur le Rwanda pré et post-génocide, ces documents s’avèrent précieux et l’on peut espérer qu’ils seront plus utilisés à l’avenir.

PS: Je joins ici l’inventaire des documents et la description des fonds, telle qu’elle était accessible en mai 2013

Rwandan Declassification Collection


The Rwandan Declassification Collection not only concerns Rwanda, but many of the other states in Central Africa and the African Great Lake region. The Rwandan Genocide (as well as civil war in Burundi) created a huge population of refugees and displaced persons that contributed to the destabilization of the entire region. The role of the international community and its response to events in Rwanda is described throughout the collection, including the actions of Belgium and France; the United Nations (UN), the Organization of African Unity (OAU), and the European Union (EU); non-government organizations; and the United States.

1.Arusha Accords and the Peace Process – this collection consists of documents concerning peace negotiations between the government of Rwanda and the Rwandan Patriotic Front (RPF) to end the Rwandan Civil War that began in October 1990 when the RPF invaded Rwanda from neighboring Uganda. The collection begins in April 1992 with the announcement by Rwandan President Juvénal Habyarimana of a new multi-party transition government and concludes with the signing of the Arusha Accords in Arusha, Tanzania in August 1993.

2.Transition and the United Nations Assistance Mission for Rwanda (UNAMIR) – this collection consists of documents concerning the implementation of the Arusha Accords (which provided the blueprint for a 22-month transition period ending in multi-party democratic national elections) and the United Nations Assistance Mission for Rwanda (UNAMIR) to help implement the plan. The collection begins just after the signing of the Arusha Accords in August 1993 and ends with the death of Juvénal Habyarimana and Burundian President Cyprien Ntaryamira in a plane crash on April 6, 1994.

3.The Rwandan Genocide – this collection of documents concerns the mass murder of an estimated 800,000 Tutsi and moderate Hutus in Rwanda between April and July 1994 after an airplane carrying Rwandan President Juvénal Habyarimana and Burundian President Cyprien Ntaryamira was shot down as it prepared to land in Kigali, Rwanda on April 6. The genocide did not end until the Rwandan Patriotic Front (RPF), composed mostly of Tutsi, defeated the Hutu dominated militias and government forces of Rwanda in July 1994. The collection includes material covering the reaction of and the actions by the international community, particularly the Belgians and French.

4.War Crimes, Human Rights Monitors, and the International Tribunal for Rwanda – this collection concerns the establishment of the International Tribunal for Rwanda for the prosecution of persons responsible for genocide and other serious violations of international humanitarian law. The collection includes documents on the detention of Rwandan war criminals, arrests and prison conditions, developing a justice system in Rwanda, and the United Nations Human Rights Field Operation in Rwanda.

5.Internal Displacement and the Great Lakes Refugee Crisis

These collections contain material on the humanitarian disaster facing a large number of displaced individuals throughout the African Great Lakes Region following the Rwandan Genocide. The documents in these collections include information on the response to the crisis by the international community, including relief efforts by France, the United States, the United Nations, and non-government organizations. These collections concern the efforts to bring stability to Rwanda; to create conditions for repatriation; security in refugee and internally displaced persons (IDP) camps; and the increased instability throughout the Great Lakes Region, particularly Zaire (Democratic Republic of the Congo) and Burundi.

1.Arusha Accords and the Peace Process


This collection consists of documents concerning peace negotiations between the government of Rwanda and the Rwandan Patriotic Front (RPF) to end the Rwandan Civil War that began in October 1990 when the RPF invaded Rwanda from neighboring Uganda. The collection begins in April 1992 with the announcement by Rwandan President Juvénal Habyarimana of a new multiparty transition government and concludes with the signing of the Arusha Accords in Arusha, Tanzania in August 1993.

1.1.Tranche I – this part of the collection concerns the establishment of peace negotiations and the first four rounds of talks between the government of Rwanda and the Rwandan Patriotic Front (RPF) to end the civil war in Rwanda.

1.2.Tranche II – this part of the collection includes material relating to the conditions in Rwanda during peace negotiations between the government of Rwanda and the RPF and documents concerning the role of the international community, including the United States.

1.2.3.Tranche III – this part of the collection includes documents on French security concerns for Rwanda and the role of the Organization for African Unity (OAU) and the United Nations (UN) as peace negotiations continue. This tranche also includes documents concerning discussions on a possible peacekeeping force for Rwanda.

2.Transition and the United Nations Assistance Mission for Rwanda (UNAMIR)


This collection consists of documents concerning the implementation of the Arusha Accords (which provided the blueprint for a 22-month transition period ending in multi-party democratic national elections) and the United Nations Assistance Mission for Rwanda (UNAMIR) to help implement the plan. The collection begins just after the signing of the Arusha Accords in August 1993 and ends with the death of Juvénal Habyarimana and Burundian President Cyprien Ntaryamira in a plane crash on April 6, 1994.

2.1.Tranche I – this part of the collection concerns the difficulties in implementing the Arusha Peace Accord, the establishment of a Neutral International Force (NIF) to provide security and help to implement the peace accord, and the visit of President Habyarimana to the United States.

2.2.Tranche II – this part of the collection begins with the initial deployment of the United Nations Assistance Mission for Rwanda (UNAMIR) to, among other responsibilities, contribute to the security of Kigali and monitor the ceasefire. This portion of the Collection also includes documents concerning attacks on civilians, refugees from Burundi, and human rights reporting. The tranche ends in early January 1994 with President Habyarimana taking the oath of office under the Arusha Peace Accord.

2.3.Tranche III – this part of the collection includes documents concerning the continued delays in installing transition institutions, repatriation of refugees returning to Rwanda, and the expansion of the United Nations Assistance Mission for Rwanda (UNAMIR).

2.4.Tranche IV – this part of the collection includes documents concerning the increased anxiety among U.S. Personnel, increased demonstrations and violence, and the continuing conflict in Burundi.

3.The Rwandan Genocide


This collection of documents concerns the mass murder of an estimated 800,000 Tutsi and moderate Hutus in Rwanda between April and July 1994 after an airplane carrying Rwandan President Juvénal Habyarimana and Burundian President Cyprien Ntaryamira was shot down as it prepared to land in Kigali, Rwanda on April 6. The genocide did not end until the Rwandan Patriotic Front (RPF), composed mostly of Tutsi, defeated the Hutu dominated militias and government forces of Rwanda in July 1994. The collection includes material covering the reaction of and the actions by the international community, particularly the Belgians and French.

3.1.April
Rwanda Monitoring Group Situation Reports (04/07/94 – 04/15/94)
April 7 – 11
April 12 – 19
April 20 – 30

3.2.May
May 1 – 6
May 7 – 15
May 16 – 24
May 25 – 31

3.3.June
June 1 – 10
June 11 – 20
June 21 – 30

3.4.July
July 1 – 12
July 13 – 20

4.War Crimes, Human Rights Monitors, and the International Tribunal for Rwanda


War Crimes, Human Rights Monitors, and the International Tribunal for Rwanda – this collection concerns the establishment of the International Tribunal for Rwanda for the prosecution of persons responsible for genocide and other serious violations of international humanitarian law. The collection includes documents on the detention of Rwandan war criminals, arrests and prison conditions, developing a justice system in Rwanda, and the United Nations Human Rights Field Operation in Rwanda.

4.1.Tranche I – this part of the collection concerns reports of human rights abuses and the establishment and support for a Rwanda War Crimes Tribunal to prosecute violations of international humanitarian law and laws against genocide.  This tranche includes documents concerning preliminary investigations into human rights violations and efforts to promote human rights and reconciliation.

4.2.Tranche II – this part of the collection concerns reports of human rights abuses by the military wing of the Rwandan Patriotic Front (RPF), issues concerning the UN’s Human Rights Field Officers, and gathering international support for a Rwanda War Crimes Tribunal.  This tranche ends with the adoption by the Security Council of the United Nations of Resolution 955 establishing a Rwandan war crimes tribunal in November 1994.

4.3.Tranche III – this part of the collection concerns the planning for and establishment of the International Tribunal for Rwanda.  This tranche includes material on the United Nations Human Rights Field Operation in Rwanda and the United Nations Resolution on Detention of Rwandan War Criminals.  This part of the collection also covers Assistant Secretary of State for Democracy, Human Rights, and Labor John Shattuck’s visit to Rwanda.

5.Internal Displacement and the Great Lakes Refugee Crisis


These collections contain material on the humanitarian disaster facing a large number of displaced individuals throughout the African Great Lakes Region following the Rwandan Genocide.  The documents in these collections include information on the response to the crisis by the international community, including relief efforts by France, the United States, the United Nations, and non-government organizations. These collections concern the efforts to bring stability to Rwanda; to create conditions for repatriation; security in refugee and internally displaced persons (IDP) camps; and increased instability throughout the Great Lakes Region, particularly Zaire (Democratic Republic of the Congo) and Burundi.

5.1.Operation Turquoise, UNAMIR II, and Operation Support Hope

5.1.1Tranche I – this part of the collection concerns the decision by President William Clinton to greatly increase U.S. military humanitarian relief operations named Operation Support Hope and appeals by UN Secretary-General Boutros-Ghali for assistance for the people affected by the crisis in Rwanda. This trance includes discussions between the U.S. and France, particularly concerning equipment for the United Nations Mission in Rwanda (UNAMIR).

5.1.2.Tranche II – this part of the collection concerns the contributions by various nations in relief efforts for refugees and the UN Pledging Conference for Rwanda. This tranche begins with the U.S. military securing Kigali Airport for relief flights.

5.1.3.Tranche III – this part of the collection concerns the transition from Operation Turquoise to an expanded UNAMIR; security issues in refugee camps; and the volatile situation in Burundi. This tranche also concerns funding issues, discussions on forming Friends of Rwanda and Friends of Burundi groups, and the drawdown of Operation Support Hope.

5.2.Camp Security and the Rwanda Operational Support Group

5.2.1.Tranche I – this part of the collection concerns efforts to ensure security in the refugee camps and discussions on forming “Friends” groups for Rwanda and Burundi. This tranche includes documents concerning refugee relief funds and contributing supplies and troops for UNAMIR. Also included in this tranche are discussions between U.S. officials and the international community, including the French, Belgians, and Rwandans, as well as discussions within the United Nations.

5.2.2.Tranche II – this part of the collection concerns the formation and first meetings of the Rwanda Operational Support Group and discussions concerning a regional refugee conference. This tranche includes material on refugee camp security, conditions of refugee camps in Zaire, repatriation, and the continuing role of the UNAMIR. This tranche also covers meetings between U.S. officials and Rwandan Prime Minister Faustin Twagiramungu.

5.2.3.Tranche III – this part of the collection concerns Vice President and Minister of Defense Paul Kagame’s visit to the U.S., Rwanda Operational Support meetings, and meetings between U.S. officials and the European Union and the Organization of African Unity. This tranche includes material on consultations with the French and Belgians concerning Zaire and Rwanda; the increased militarization of refugee camps, attempts to close internally displaced person camps; and continuing concerns over Burundi.

5.2.4.Tranche IV – this part of the collection concerns the Bujumbura Regional Conference on Assistance to Refugees, Returnees, and Displaced Persons. This tranche also concerns arms flow to Hutu paramilitary groups and former government forces in refugee camps in Zaire, increased arrests and prison crowding, and tensions between the UNAMIR and the Rwandan Patriotic Army (RPA).

5.3.Kibeho and the Government of National Unity

5.3.1.Tranche I – this part of the collection concerns violence within refugee and internally displaced persons camps, including Kibeho; the rearming of Hutu militants; and re-examining the mandate of the UNAMIR. This tranche also contains information on contingency plans for Burundi in the event of another humanitarian disaster.

5.3.2.Tranche II – this part of the collection concerns border security, reports of illegal arms trafficking to former Rwandan Armed Forces (FAR), and UNAMIR’s new mandate. This tranche includes material on cross-border attacks from Zaire and discussions with the French regarding allegations of French support for former members of the FAR.

5.3.3.Tranche III – this part of the collection concerns the Rwandan arms embargo, the security situation in Burundi, continuing raids from Hutu exiles, and forced repatriation of Rwanda refugees from Zaire. This tranche ends with the reshuffling of the government of Rwanda and resignation/removal of Prime Minister Faustin Twagiramungu.

  1. Power Samantha, « Bystanders to genocide », Atlantic Monthly, 2001, vol. 288, nᵒ 2, pp. 84‑108. Voir aussi Power Samantha, A problem from hell: America and the age of genocide, New York, Basic Books, 2002 ou encore Melvern Linda, Complicités de génocide: Comment le monde a trahi le Rwanda, KARTHALA Editions, 2010, 458 p. []
  2. Kovanda Karel, « The Czech Republic on the UN Security Council: The Rwandan Genocide1 », Genocide Studies and Prevention, août 2010, vol. 5, nᵒ 2, pp. 192‑218 []

Oeuvres pontificales missionnaires à Lyon

Date 11 juillet 2013 |

Depuis quelques mois, j’ai pris l’habitude de fréquenter de façon régulière le centre de documentation des Oeuvres pontificales missionnaires à Lyon.

Situé 12 rue Sala tout près de la place Bellecour, ce centre propose un fonds important d’ouvrages et d’archives sur l’histoire des Missions. Je n’ai jamais consulté les archives, qui concernent une période chronologique qui m’est éloignée, mais je travaille sur des ouvrages, périodiques, mémoires étudiants ou thèses de doctorats. Surtout je m’intéresse à la riche littérature grise que l’on peut y trouver. Le travail est facilité par l’indexation du contenu de nombreux périodiques, établie par les bibliothécaires du centre de documentation.

Centre de documentation des Oeuvres pontificales missionnaires à Lyon

On trouve près de 1443 documents répertoriés sur le Rwanda dans la base de données informatisée du centre. On regrettera une fois de plus qu’il s’agisse d’une base de données “maison” et non d’un logiciel de bibliothéconomie, ce qui risque de poser des problèmes de compatibilité à moyen-terme. Il est toutefois possible de trouver un catalogue en ligne (mais parfois capricieux). S’ajoutent aussi à ce catalogue plusieurs centaines de documents et articles répertoriés sur d’anciennes fiches de bibliothèques. Parmi ceux-ci, beaucoup  de publications rwandaises comme la revue Urunana ou bien encore des ouvrages édités sur des thèmes aussi divers que le vingtième anniversaire de Vatican 2 au Rwanda, la place de l’inculturation, les croyances populaires au Rwanda etc.

Fiches de bibliothèque

Il est difficile de faire une description exhaustive de toutes les informations recueillies mais  à titre personnel, j’ai concentré mes recherches sur:

-la revue Dialogue presque complète, qui est d’habitude difficile à trouver en France. A titre personnel, je m’intéressais particulièrement à la revue Dialogue publiée “momentanément” en Belgique de 1994 à  la fin des années 20001. Présentant le plus généralement le point de vu de la diaspora hutu en exil après 1994, on y trouve aussi des informations précises sur les débats relatifs au rôle de l’Eglise avant, pendant et après le génocide au Rwanda.

-les articles sur le Rwanda extraits de revues et périodiques catholiques et indexés dans la base de données du centre. Mis ensemble, ces articles forment un fond avec sa cohérence. Ils permettent de voir comment se construisent les représentations sur le Rwanda au sein de l’Eglise catholique, en particulier en France. Cela permet aussi de voir son évolution avec les années.

De façon générale, la richesse de ce fonds renseigne sur la place particulière du Rwanda dans l’histoire des Missions en Afrique mais aussi sur le choc du génocide. Si certains ont essayé pour des raisons politiques de définir la culpabilité de l’Eglise dans le génocide, celle-ci tend le plus souvent à se définir comme victime. De fait, l’Eglise catholique au Rwanda a payé un très lourd tribut au cours de l’année 1994 et plus de religieux sont morts au Rwanda pendant cette période qu’au cours de toute la décennie 1990 sur la planète.

Ce constat permet de comprendre le vocabulaire utilisé tout au long de ces articles sur le “martyrologe chrétien” ou encore le Calvaire des rwandais. Mais aussi la difficulté pour l’Eglise, divisée après le génocide, de parler et de  s’approprier les événements. Sur la question de l’appropriation, une comparaison entre la mémorialisation de la Shoah et la mémorialisation du génocide des Tutsi serait sur ce point éclairante. L’affaire du Carmel d’Auschwitz2 avait posé la question de la christianisation de la Shoah, symbolisée par la volonté d’appropriation des lieux symboliques du génocide  par l’Eglise catholique et le désir dee transformation en symboles chrétiens du martyre”3 et de la souffrance les lieux de massacres. Au Rwanda, le cas semble presque inversé, l’Eglise catholique rwandaise s’étant battu contre la mémorialisation des Eglises du génocide où avaient eu lieu des massacres, s’opposant à leur désacralisation4. Comme je l’ai dis, cela semble inversé mais l’on peut supposer au contraire qu’il s’agit d’une même logique visant à inscrire les victimes dans le martyrologe chrétien5 . Les propos du prêtre Daniel-Ange (ayant vécu plus de dix ans au Rwanda) en 2000 à Rome dans le cadre de la commémoration des martyrs du vingtième siècle sont sur ce point éloquents:

“Il n’y a aucun doute possible, un jour nous aurons pour l’Eglise universelle, une fête des martyrs du Rwanda, comme nous avons déjà celle des martyrs de l’Ouganda. Etrangement, le Rwanda n’avait pas encore donné de martyrs à l’Eglise. C’est fait et en surabondance!”.6.

En fréquentant ce centre, j’ai ainsi réalisé mon absence de formation au vocabulaire historique et théologique utilisé au sein de l’Eglise. Comment pourtant comprendre les écrits des religieux, du Vatican ou encore de la Conférence épiscopale au Rwanda sans prendre au sérieux ce vocabulaire et la signification qui lui est accordée? L’une des principales problématiques dans l’analyse par les chercheurs des textes produits par l’Eglise réside souvent ici, dans l’incapacité à rentrer dans le langage même des acteurs.

Enfin, toutes ces questions sur les liens entre religieux, mémoire et mémorialisation seront au coeur du troisième chapitre de ma thèse, dont je détaillerai le plan d’ici peu.

  1. Cette revue mériterait un article, tant son histoire semble liée avec celle du Rwanda []
  2. Filarski Ireneusz, L’affaire du Carmel d’Auschwitz : Contribution a l’études des relations judéo-polonaises. Etude de cas., Paris, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 1988 mais aussi le numéro 192 de la Revue d’histoire de la Shoah consacrée aux catholiques et protestants français après la Shoah []
  3. Pour reprendre l’expression de David Weizmann in Weizmann David, Auschwitz: lieu de mémoire ou lieu de négation, dans Musées de guerre et mémoriaux: politiques de la mémoire, dir. Jean-Yves Boursier, Maison des Sciences de l’Homme, 2005, p.83-112 []
  4. Voir Chrétien Jean-Pierre et Ubaldo Rafiki, « L’Eglise de Kibeho, lieu de culte ou lieu de mémoire du génocide de 1994? », Génocides. Lieux (et non-lieux) de mémoire, décembre 2004, Revue d’histoire de la Shoah, no 181 []
  5. Je me permets de mentionner la mise en ligne récente du numéro 14 de la revue Conserveries mémorielles consacrée à la question et de la sainteté. L’article consacré au cas d’Edith Stein par Yael Hisch est sur ce point particulièrement intéressant. Voir http://cm.revues.org/1501 []
  6. Propos du prêtre Daniel-Ange lors de la commémoration des martyrs du vingtième siècle le 7 mai 2000 à Rome, cité in L’Eglise dans le Monde n°108, octobre-décembre 2000 []

A l’ombre des collines

Date 23 juin 2013 |

C’est avec un grand plaisir que je découvre la création d’un nouveau carnet de recherche sur le Rwanda au sein de la plateforme Hypothèses. Le carnet “A l’ombre des collines” (sous-titré Espaces, acteurs, politiques et mémoires dans l’histoire du Rwanda contemporain) reviendra sur l’actualité de la recherche sur le Rwanda, les conditions d’écriture de l’histoire du Rwanda mais aussi sur la thèse en cours de l’auteur du carnet. Notons que Florent Piton est déjà l’auteur de deux excellents mémoires de recherche1  dont l’un utilisait en grande partie des documents collectés aux archives nationales du Rwanda.

De façon étonnante, ce carnet est le deuxième uniquement consacré au Rwanda au sein de la plateforme Hypothèses, qui comprend pourtant peu de carnets sur des pays africains.

Son premier article revient sur le colloque récemment organisé au Mémorial de la Shoah sur le thème: “1993 : Que savait-on un an avant le génocide ?”. Je recommande fortement la lecture du résumé de ce colloque dont on peut espérer qu’il soit mis en ligne prochainement comme ce fut le cas pour d’autres colloques importants organisés au mémorial de la Shoah.

Une importante série de conférences fut organisée en 2009 avec pour thèmes: “Quinze ans après: juger et réparer”, “Quinze ans après: témoigner et survivre”, “Quinze ans après: les faits et la négation des faits” et une table-ronde sur “le génocide des Tutsi au Rwanda”. Les vidéos sont toutes accessibles en ligne ici.

Rappelons aussi la publication en 2009 d’un numéro spécial de la Revue d’Histoire de la Shoah intitulé: Rwanda. Quinze ans après. Penser et écrire l’histoire du génocide des Tutsi. 

Couverture Revue d'Histoire de la Shoah n°190

 

  1. Voir Florent Piton, De la révolution morale au régime departi unique. La construction d’un dispositif politico-administratif autoritaire(1973-1981),Paris 1, 2010, 236 p. et Florent Piton, Un monde politique en recomposition. Monographie politique du territoire  de Ruhengeri au Rwanda (c. 1944-1959),Paris 1, 2011, 428 p. []

Un jour, une source: les archives de l’Assemblée Nationale en France

Date 22 mai 2013 |

Pour quelle raison suis-je en train de mettre en ligne un article sur l’Assemblée Nationale française sur ce carnet de recherche consacré au Rwanda? Tout simplement pour rappeler que l’histoire de la guerre civile de 1990 à 1994 et du génocide commis contre les Tutsi au Rwanda en 1994 est aussi une histoire française.

Par histoire française, je ne cherche pas à définir ce qu’aurait été le rôle de la France dans l’histoire du génocide. Cette question, fort complexe, a fait l’objet de très nombreuses recherches au point d’avoir englouti la recherche générale sur le Rwanda. Simplement, lorsque l’on me demande en quoi la France est concernée par l’histoire du Rwanda, car pour la majorité de la population la question est de cet ordre-là, je rappelle les trois points suivants:

  • la spécificité de la relation diplomatique et militaire entre la France et le Rwanda développée au cours des années 1980 et au début des années 1990, marquée par plusieurs opérations militaires (par exemple l’opération Noroit)
  • l’opération Turquoise avec près de 2500 militaires déployés au Rwanda en plein génocide
  • la mission d’information parlementaire sur le Rwanda en 1998, inédite de par son ampleur (en rappelant qu’il s’agit bien de la première fois qu’une telle mission d’information était menée sur un fait historique majeur, ce qui n’a pas été mené sur la guerre d’Algérie par exemple)

Sur ces trois points, beaucoup a évidemment été écrit mais je voulais simplement montrer dans ce billet l’intérêt des archives de l’Assemblée Nationale. Celles-ci n’ont pas été à ma connaissance utilisées pour des travaux sur le Rwanda.

Les Archives de l’Assemblée Nationale

Sur le site des archives de l’AN, il est possible de trouver tous les travaux législatifs produits sous la Vème République, depuis la présidence du Conseil par Charles de Gaulle à la XIIIème législature de 2007 à 2012. Pour la XIVème et actuelle législature, il faut aller sur le site de l’Assemblée Nationale.

Pour chacune des législatures, il est possible d’effectuer des recherches parmi les comptes-rendus des débats parlementaires mais aussi parmi les textes des questions parlementaires. A partir des travaux de la VIIIème législature est proposée un index législatif, permettant surtout de retrouver facilement les propositions de loi par index.

Surtout, on observe que seuls les travaux parlementaires produits depuis le début de la XIIème législature (depuis 2002) sont accessibles au format texte (HTML) en ligne. Pour les législatures précédentes, les comptes-rendus de débats et les questions sont au format PDF. Emilien Ruiz a fait sur ce point un excellent compte-rendu.

Exemple de recherche: les occurrences du Rwanda en 1990 (Opération Noroît)

Je vais donc m’intéresser ici à la IXème législature, qui s’étend de 1988 à 1993. Il n’est pas possible hélas de faire de recherches uniquement pour la IXème législature. La recherche peut se faire à travers un moteur de recherche général accessible en haut à droite de la page d’accueil mais celui-ci renvoie beaucoup trop de réponses, venant de législatures qui ne nous intéressent pas.

Moteur de recherche des archives

Elle peut aussi se faire de façon plus restreinte mais uniquement  pour les législatures XI à XIV.

Pour consulter uniquement l’année 1990, il faut alors constituer son corpus, ce qui signifie ici télécharger tous les PDF concernés. Cela peut paraître fastidieux mais est en fait très rapide en utilisant les bons outils, quelques minutes tout au plus. Il suffit d’ouvrir la page Comptes-rendus des débats de la IXème législature et de choisir ensuite le compte-rendu intégral de la session ordinaire ou extraordinaire qui nous intéresse. L’opération Noroit ayant commencé le 4 octobre 1990, prenons ici pour exemple la session ordinaire du 2 octobre au 21 décembre 1990.

Page session ordinaire 2 octobre 1990-21 décembre 1990

Plusieurs dizaines de fichiers PDF sont maintenant accessibles. Pour les télécharger en quelques secondes, il suffit d’utiliser DownThemAll, un module de Firefox. Une fois installé, il suffit de lancer DownThemAll qui propose tous les liens à télécharger sur la page. Les fichiers PDF à télécharger s’affichent en rouge, avec le logo PDF.

Downthemall

Il suffit ensuite de cliquer sur le premier fichier PDF proposé, d’appuyer sur la touche shift et de se diriger jusqu’au dernier fichier PDF proposé afin de sélectionner tous les liens rapidement. Ensuite, un simple clic droit sur “cocher les options sélectionnées” puis démarrer le téléchargement.

Il faut ensuite quelques minutes, selon la connexion, pour télécharger les 127 fichiers. Pour chercher des informations au au sein de fichiers PDF, je renvoie ici au très bon article produit là-encore par Emilien Ruiz.

Les débats parlementaires en France sur le Rwanda

Au cours de ces trois mois de la fin 1990, le cas du Rwanda est très peu évoqué. Il est mentionné une fois en raison du taux important de Sida alors dans le pays (qui a tendance d’ailleurs a être oublié) et les autres fois en raison de l’opération Noroît. Celle-ci est cependant citée comme simple exemple par les parlementaires, à côté de l’intervention alors opérée au Gabon ou surtout en Arabie Saoudite. Il est vrai qu’il s’agit à cette période du début de la guerre du Golfe. Autrement dit, l’opération Noroît est alors passée complètement inaperçue.

En contrepoint, il est intéressant de regarder les discussions à propos du Rwanda lors des débats parlementaires depuis le mois d’avril 1994 au mois de décembre 1994 (soit deux sessions ordinaires et une session extraordinaire). Ceux-ci oscillent tout d’abord entre discours de fierté et de félicitation autour de l’opération Amaryllis destiné à rapatrier les populations françaises et européennes vivant au Rwanda juste après l’attentat du 6 avril 1994 (François Léotard, 12 avril 1994) et discours d’inquiétude sur la situation pour les populations rwandaises (Jean-Claude Lenoir, 13 avril 1994). Les réponses du gouvernement permettent là encore de comprendre l’état d’esprit politique de l’époque ou encore la représentation du Rwanda, la France étant décrite comme habituée à essayer de réconcilier les ethnies. Parmi les nombreux débats mentionnant le Rwanda, un m’a particulièrement marqué, celui du député Marc Le Fur, demandant le 27 avril 1994 au Ministre des Affaires Etrangères de s’assurer de la sécurité des orphelinats rwandais et en particulier de l’orphelinat de Nyundo parrainé par des familles bretonnes. Pour ce député, “les événements que connaît ce pays menacent la sécurité de ces jeunes orphelins”, dont certains étaient alors en voie d’adoption par des familles françaises.

De nombreux autres débats ont lieu au cours de ces trois sessions, qu’il est difficile de résumer en un si court billet mais je retiens la séance du 18 mai 1994 où Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères utilise clairement le mot de génocide. Surtout, il désigne que le génocide vise la communauté Tutsi, ce qui n’apparaît absolument pas au cours des six premières semaines de débats:

Millon

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le contenu de ces débats mais ce pourrait faire l’objet d’un autre article. Cette présentation ouvre néanmoins je l’espère un certain nombre de pistes dans l’analyse de la place de la guerre civile et du génocide au Rwanda dans les débats politiques français depuis le début des années 1990. Elle pourrait être aussi agrandie par la place des débats sur le Rwanda au Sénat, les archives des séances ayant été là encore mises en ligne.

Un jour, une source: les Archives nationales du Rwanda

Date 21 mai 2013 |

Parmi les nombreux centres d’archives situés au Rwanda, les Archives Nationales ont une place à part. Tout d’abord par leur statut national mais aussi par la quantité d’archives que l’on peut y trouver et de types divers: documents de l’époque coloniale, rapports préfectoraux ou ministériels issus de la première et deuxième République, littérature grise.

Malgré la richesse des fonds conservés, peu de recherches historiques mobilisent les Archives Nationales du Rwanda.

La destruction totale des archives?

L’une des idées régulièrement avancée par les chercheurs, le plus souvent étrangers, serait la destruction quasi complète des archives au cours de la période du génocide. Si de nombreux documents ont pu être détruits dans certaines localités, ou emportés dans les camps de réfugiés au Zaïre au moment de la fuite de l’ancien gouvernement; beaucoup d’archives sont pourtant restés là où elles étaient. Plutôt que détruits, de nombreux centres d’archives ont été fouillés, et mis-à-sac par des voleurs en quêtes de butin.

Dans l’après-génocide, la situation chaotique dans laquelle étaient les archives nationales empêcha de nombreux chercheurs de tenter d’y trouver des documents. Jean-Damascène Gasanabo résume ainsi cette situation dans sa thèse: “Au Ministère de la jeunesse, des sports et de la culture, on nous a montré un local de documents. Il était possible d’y rencontrer tout et n’importe quoi ! Mais la poussière et le désordre décourageaient toute recherche1. Le découragement, c’est le mot le plus précis lorsque l’on est confronté à des milliers de documents non classés, entreposés du sol au plafond . Une étude fut menée par l’Unesco en 1995 sur les archives nationales du Rwanda et des photos furent prises à cette occasion. Comme on peut l’observer sur la photo suivante, la période était peu propice à l’écriture de recherches de qualité…

Archives nationales, Stade Amahoro, Avril 1995

Archives nationales, Stade Amahoro, Avril 1995 (Photo: Organisations de la Francophonie)

La réorganisation des Archives Nationales

Au fur et à mesure des années, les Archives Nationales furent rangées, indexées et valorisées. Sur de (fameux) cahiers bleus furent alors consignés tous les documents conservés. Je ne sais à vrai dire qui a fait ce travail d’indexation et s’il reste une trace de ce processus. Lorsque je fréquentais ce centre d’archives pour la première fois en 2010, la recherche de documents au sein des cahiers était assez fastidieuse mais il était possible de faire le tour des cahiers en quelques jours. Situés maintenant au quartier Gikondo à Kigali, les Archives Nationales ont subi au cours de l’année 2012 une nouvelle transformation avec la numérisation des archives et des inventaires.

 Archives nationales, nouveau logiciel et nouvel inventaire

Archives nationales: logiciel et inventaire (septembre 2012)

Ce travail est suffisamment rare pour être signalé et doit être félicité. Il est maintenant possible de trouver des informations rapidement. De plus, la numérisation assure une véritable sauvegarde des archives. Comme souvent hélas, cette politique de numérisation s’accompagne d’une distanciation avec les archives elles-mêmes. Les documents étant accessibles en pdf au sein d’une salle informatique, les documents originaux ne sont plus sortis des cartons ce qui pose de nombreux problèmes épistémologiques. Ensuite, le travail d’inventaire est plus ou moins bien élaboré et de très nombreux documents ne portent pas de date, ce qui pour un historien pose évidemment problème. Mais ayant vu de nombreuses archives mourir lentement dans des caves mal isolées au Rwanda, il faut dire que les Archives Nationales se posent maintenant en véritable modèle de centre d’archives.

Les travaux utilisant les Archives Nationales

Pour montrer l’importance de ces archives, plus souvent utilisées par les chercheurs rwandais qu’étrangers, je propose de donner quelques exemples de travaux ayant utilisé les Archives Nationales.

Linda Melvern utilise dans ses ouvrages sur le Rwanda les Archives nationales rwandaises. Elle mentionne ainsi y avoir trouvé des archives présidentielles relatives aux listes de Tutsi exclus en 1973 de l’administration2. Dans un style extrêmement différent, et beaucoup plus critique à l’égard du pouvoir actuel, les chercheuses Marie-Eve Desrosiers et Susan Thomson ont trouvé dans les Archives Nationales de très nombreux discours officiels du président Juvénal Habyarimana3. Si certains ont été publiés dans des ouvrages4, ces chercheuses utilisent de nombreux discours inédits.

Deux autres travaux viennent montrer la nécessité de prendre au sérieux ces archives nationales, injustement délaissées. Tout d’abord, un article d’Hélène Dumas sur les liens entre le football et les milices au début des années 1990 qui se base en grande partie sur les archives de la Fédération rwandaise de football (Ferwafa) situées aux archives nationales5. Enfin, je peux citer l’excellent mémoire de master de Florent Piton6, étudiant à l’Ecole Normale Supérieure et prochainement doctorant. Son travail effectué presque exclusivement à partir des Archives Nationales propose une réflexion sur la construction de l’administration locale dans les premières années de la deuxième République, en partant de l’exemple du territoire de Ruhengeri.

Ces quelques exemples montrent la diversité des recherches pouvant être menées grâce aux Archives Nationales du Rwanda et grâce à la numérisation des archives, plus aucun chercheur ne pourra invoquer le “découragement”.

 


Afficher Lieux de savoir sur une carte plus grande

  1. Jean-Damascène Gasanabo, Mémoires et histoire scolaire : le cas du Rwanda de 1962 à 1994,Université de Genève, Genève, 2004, 293 p, p.102 []
  2. Linda Melvern, Complicités de génocide: Comment le monde a trahi le Rwanda, KARTHALA Editions, 2010, 458 p, p.44 []
  3. Marie-Eve Desrosiers et Susan Thomson, « Rhetorical legacies of leadership: projections of ‘benevolent leadership’ in pre- and post-genocide Rwanda », The Journal of Modern African Studies, 2011, vol. 49, no 03, pp. 429‑453 []
  4. Juvénal Habyarimana, Discours, messages et entretiens de Son Excellence le général-major Habyarimana Juvénal, président de la République rwandaise et président-fondateur du Mouvement révolutionnaire national pour le développement, Présidence de la République rwandaise, Service de l’information et des archives nationales, 1989, 324 p. []
  5. Hélène Dumas, « Football, politique et violence milicienne au Rwanda : histoire d’un sport sous influences (1990-1994) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 17 septembre 2012, N° 106, no 2, pp. 40‑46. []
  6. Florent Piton, De la révolution morale au régime de parti unique. La construction d’un dispositif politico-administratif autoritaire(1973-1981),Paris 1, 2010, 236 p. []

Carnets de recherche