Butare (1)

(Après une petite pause liée aux vacances, ce carnet reprendra je l’espère un rythme régulier)

L’un des principaux lieux de recherche dans le cadre de ma thèse se situe à Butare. Après le génocide, c’est à Butare en tant que «ville intellectuelle », que furent développés de nombreux projets sur la mémoire du génocide, mais aussi sur ses conséquences. Plusieurs professeurs de l’Université Nationale furent ainsi à l’origine d’un rapport sur le droit coutumier au Rwanda, rapport qui servit ensuite à la réactivation des procédures Gacaca afin de juger les crimes commis pendant le génocide1

Si la ville de Butare (ou Huye) donne maintenant l’impression d’être une ville oubliée, en comparaison de la vivacité de nombreux autres centres urbains, elle reste un passage obligé pour tout chercheur.

Elle héberge l’Université nationale et en son sein la bibliothèque universitaire, de loin la mieux gérée et la plus complète du pays. Les collections sont importantes, et l’on y trouve une importante documentation généralement difficile d’accès, telles que des revues religieuses (Foi et Culture, Dialogue,  Urunana etc.) mais aussi la presse nationale depuis 19982).

On y trouve aussi une très importante collection de mémoires étudiants. Ceux-ci sont de qualité inégale, et l’on voit surtout une réelle dégradation du niveau de ces mémoires en sciences humaines au cours des dix dernières années. La dégradation n’est pas tant liée aux étudiants qu’au fonctionnement même de l’Université et au désintérêt croissant pour des matières telles que l’histoire, la sociologie ou la science politique3. Le récent changement de langue d’enseignement, du français à l’anglais, n’a évidemment pas contribué à éviter une baisse de niveau. Surtout, c’est la méthode utilisée qui est véritablement déroutante.

Ainsi, un grand nombre de ces mémoires sont effectués à partir de sondages et d’analyses statistiques et ce quelque soit le sujet. Le problème tout d’abord réside dans l’absence de maîtrise de logiciels de statistiques, il n’y a presque jamais de tableau croisé ou de tableau multi-entrées. Surtout, que signifie par exemple l’usage de questionnaires de sondage en vue de comprendre le rôle des mémoriaux dans la réconciliation ? Les résultats obtenus sont généralement inexploitables, ou insignifiants. A l’inverse, tous les travaux qualitatifs se révèlent, malgré leurs lacunes, bien plus intéressants.

De fait, j’ai pu dans le cadre de mes recherches localiser de très bons mémoires sur la question des archives4, des rites funéraires au Rwanda5 et sur bien d’autres thèmes6. La bibliothèque possède un inventaire permettant d’avoir un aperçu de ces travaux.

  1. Voir « Gacaca, le droit coutumier au Rwanda. Rapport final de la première phase d’enquête sur le terrain », réalisé par les chercheurs de l’Université nationale du Rwanda (UNR), de l’Institut de recherche scientifique et technologique (IRST-Butare) et du grand séminaire de Nyakibanda en collaboration avec l’équipe de l’Unité de la coopération technique de la mission des droits de l’homme sur le terrain (ou HRFOR), Kigali, 31/01/1996

    Voici la liste complète des professeurs ayant participé à cette recherche : Jyoni Wa Karega (historien, professeur et Doyen de la faculté des Lettres à UNR-Butare et coordinateur de recherche), l’abbé Smaragde Mboyintege (Philosophe, Professeur au Grand séminaire de Nyakibanda et Coordinateur financier), Philibert Kagabo (anthropologue, chercheur à l’IRST et en charge des relations publiques, Twahirwa Ladislas (sociologue-anthropologue, chercheur à l’IRST et rédacteur), Déogratias Byanafashe (Historien, Professeur à l’UNR), Aloys Muberanziza (juriste, professeur à l’UNR),  Jean Chrysostome Munyampirwa (psychologue, chercheur à l’IRST)et  Jean Chrysostome Nkejabahizi (linguiste et professeur à l’UNR). []

  2. Pour l’instant, je n’ai pas encore réussi à retrouver d’éléments de la presse papier entre 1994 et 1998. Les seuls éléments accessibles sont des résumés bimensuels de la presse rwandaise (« la revue de la presse rwandaise »), rédigés par des membres de l’ASBL Dialogue en Belgique et accessibles sur le site suivant. Si ces documents sont très utiles, il serait nécessaire d’avoir l’original et il faut de plus s’assurer de la traduction. []
  3. Sur cette situation catastrophique, voir Paul Rutaysire et Charles Kabwete Mulinda, « The role of history and political studies in post-genocide reconstruction and development » lors de la conférence “Democratisation Process in the Great Lakes Region: Progress and Challenges”, Kigali,  25 et 26 mai 2011. A paraître. []
  4. Voir Chantal Mukakalisa, La gestion des archives publiques au Rwanda (1908-2003), Faculté des lettres et sciences humaines département d’histoire, février 2004. Ce mémoire fut mentionné par Charles Mulinda, lors de son intervention à la conférence organisée en décembre 2010 à Bruxelles au musée de Tervuren sur le thème : : « Archives Afrique Europe. Besoins ? Collaborations ? Avenirs ? La RDC, le Rwanda, le Burundi et la Belgique »

    []

  5. Jean Damascène Nshimiyimana, Rites funéraires au Rwanda d’après-génocide. Analyse de leur influence sur le travail de deuil, Faculté d’éducation département de psychologie clinique, UNR, mai 2004 []
  6. Par exemple Jean-Damascène Ndahumbira, La chanson Rwandaise et la propagande politique (1973-1994), octobre 2000 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *