La revue “Foi et Culture”

 « Ne faites aucun effort, n’utilisez aucun moyen de persuasion pour conduire ces peuples à changer leur rites, leurs habitudes, et leurs coutumes, à moins qu’ils ne soient ouvertement contraires à la religion et aux bonnes mœurs. Qu’y a-t-il en effet de plus absurde que de transplanter en Chine la France, l’Espagne, l’Italie ou quelque autre pays d’Europe ? Ce n’est pas cela que vous devez introduire, mais la foi, qui ne rejette et ne porte atteinte aux rites et aux habitudes d’aucun peuple, pourvu qu’ils ne soient pas mauvais, mais qui veut plutôt les sauvegarder et les consolider »

Extrait de l’instruction de 1657 de la Congrégation de la Propagation de la Foi aux évêques et aux missionnaires de l’Asie. Cité par Monseigneur Zagnoli lors de l’inauguration d’une première partie du musée missionnaire ethnologique.

Lors de la réouverture du musée missionnaire ethnologique du Vatican, peu connu, l’accent était mis sur la question de l’inculturation et des rapports entre l’Eglise et les cultures locales. Longtemps, l’Eglise catholique fut en effet accusée de vouloir faire table-rase des cultures où se trouvaient les missionnaires. Pourtant, l’on est toujours frappé de constater avec le cas rwandais, que la majorité des premiers travaux sur la culture rwandaise sont le faits de religieux étrangers ainsi que rwandais. Il y eut bien des chercheurs étrangers, mais les travaux les plus poussés en termes de description furent le fait des religieux.

Cela s’expliquait d’une part par l’attrait qu’engendrait la découverte d’une nouvelle culture, mais aussi en vue d’élaborer une pastorale plus efficace. La compréhension de la culture Rwandaise avait alors souvent pour but d’observer les obstacles à l’évangélisation. Une telle pensée se retrouve dans de nombreux textes. Je pense en particulier à un petit opuscule trouvé un jour dans la bibliothèque du grand séminaire de Nyakibanda, décrivant les éléments de la culture rwandaise selon leur degré d’incompatibilité avec la culture chrétienne1.

Mais ce type de recherches pouvait se faire aussi dans un autre esprit, ce que l’on ne nommait pas encore l’inculturation (le terme apparaît seulement à la fin des années 1970). L’évêque de Nyundo Aloys Bigirumwami exprimait ainsi lors de la publication du second volume de ses « Imihango » (coutumes) en 19682 :

« Le programme des travaux de recherches faites auprès de personnes qui ont bien voulu répondre par écrit, depuis 1932 jusqu’en ce jour, eut toujours pour but : la PASTORALE. Connaître la mentalité du peuple rwandais dans ses traditions et ses expressions, pour le comprendre, l’aimer et l’aider ».

Le Concile de Vatican 2

On ne peut comprendre cette évolution, sans rappeler le rôle important du Concile de Vatican II dans l’évolution de la pastorale. Le concile qui fut ouvert par le pape Jean XXIII en 1962 et clos sous le pontificat de Paul VI en 1965, est généralement considéré comme l’un des principaux moments d’ouverture de l’Eglise catholique. C’est en particulier le cas vers les autres religions et autres cultures. C’est à partir de Vatican II que fut autorisée la traduction du missel romain dans de nombreuses autres langues.

Une telle évolution eut un impact important au Rwanda, pays fortement catholique. La revue Cum Paraclito, publiée par le diocèse de Nyundo à partir de 1965, voulait ainsi se faire « l’écho du concile Vatican 2 » et c’est dans ce cadre que fut publié un numéro spécial en Noël 1965, avec la présentation du bilan du Concile.

 C’est d’ailleurs dans l’esprit de ce concile, que la revue fut renommée en 1970, Foi et Culture, en référence au chapitre 57 de la constitution pastorale sur l’Eglise dans le monde de ce temps (Gaudium et Spes)3

 Cette revue, maintenant très peu citée par les chercheurs travaillant sur le Rwanda, a proposé de nombreuses réflexions passionnantes sur la culture rwandaise. Elle a par exemple publié des traductions en français des « Imihango » de Bigirumwami.

  1. Voir par exemple sur ce point Laurent Deprimoz, « Pratiques païennes du Ruanda-Urundi contraires au premier commandement », Kabgayi, 30 août 1945. Archives du grand séminaire de Nyakibanda []
  2. Aloys Bigirumwami, Epilogue, Imihango n’imigenzo n’imizilirizo mu Rwanda  volume 1, p.179, Publication du diocèse de Nyundo []
  3. Pour les documents relatifs à Vatican 2, ceux-ci peuvent être trouvés sur le site internet du Vatican []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.