Rwanda

L’objet de ce carnet est de présenter tout d’abord mon travail de thèse sur les mémoriaux du génocide commis contre les Tutsi au Rwanda en 1994.

Il s’agit d’un travail d’ordre historique et anthropologique, visant à présenter le processus ayant construit à la création des mémoriaux au Rwanda, tant au niveau local que national. J’ai commencé ce travail en 2009, et j’ai pu déjà effectuer près de 16 mois de terrain. Je vis actuellement au Rwanda.

Le carnet vise à pouvoir montrer l’aspect esthétique de ces monuments et leur grande diversité. Une telle démarche se retrouve dans les travaux du chercheur rwandais Rudacogora, qui se base sur les travaux de Prost sur les mémoriaux de la première guerre mondiale (voir RUDACOGORA Augustin, « Mémoires des sites et sites de mémoire au Rwanda après 1994 », in Etudes Rwandaises n°9, série lettres et sciences humaines, « le génocide de 1994. Idéologie et Mémoire », Editions de l’Université Nationale du Rwanda, septembre 2005)

Il existe déjà plusieurs sites internet sur les mémoriaux du génocide. Je pense en particulier au site collectif présenté par le centre d’histoire sociale de la Sorbonne mis en ligne récemment ( voir http://chs.univ-paris1.fr/genocides_et_politiques_memorielles) mais aussi surtout au site proposé par un professeur de l’université de Harvard (http://genocidememorials.cga.harvard.edu/home.html). Si ce site présente un grand nombre de photos de mémoriaux, on ne trouve aucune réflexion historique sur ceux-ci.

Je vise en effet surtout à proposer en plus de cette présentation visuelle, une réflexion historique absente de tous les travaux sur les mémoriaux. Je dépouille en effet depuis près d’un an les archives d’une commission qui fut en charge de la création des mémoriaux du génocide (« la commission mémorial »).

Ce carnet me permettra aussi de rappeler l’importance d’une réflexion d’ordre anthropologique autour des mémoriaux. Les travaux sur les mémoriaux du génocide commis contre les Tutsi sont rares et prennent peu en compte la culture rwandaise. Dans ce cadre, je pense important de proposer une réflexion sur la ritualité funéraire au Rwanda, et son évolution après le génocide. On assiste en effet à un renversement des pratiques après 1994, avec de grandes inhumations collectives au sein de cimetières du génocide. Apparaît aussi un nouveau concept, celui « d’inhumation en dignité ». Pour diverses raisons, des corps et ossements sont aussi présentés au sein des mémoriaux, ce qui montre là encore un bouleversement des pratiques d’exposition.

Pour comprendre l’évolution de ces pratiques d’exposition, il est aussi nécessaire de présenter une histoire des politiques patrimoniales au Rwanda, en parlant de la création des musées au Rwanda (musée national de Butare, musée folklorique de Kabgayi), mais aussi de la destruction actuelle de nombreux bâtiments historiques.

En dehors de cette présentation des travaux de ma thèse, j’aimerai aussi proposer une réflexion sur les archives et bibliothèques au Rwanda. Si la question de la situation des archives liées aux Grands-lacs interroge (voir le colloque « Archives Afrique Europe” organisé à Tervuren du 15 au 17 décembre 2010), on mentionne généralement les archives coloniales et non les archives post-indépendance. Au Rwanda, ces archives, celles de la première et de la deuxième République, sont d’une très grande importance. Et contrairement à ce que l’on peut penser, toutes n’ont pas été détruites avec le génocide. L’absence de dépouillement de ces archives interroge sur les pratiques d’écriture de l’histoire du génocide au Rwanda, mais aussi sur les pratiques des chercheurs étrangers qui consacrent uniquement leur travail à l’histoire orale.
Sur ce point, je travaille sur la création d’un inventaire des « lieux de savoir » au Rwanda, à partir des nombreuses bibliothèques et nombreux centres d’archives que j’ai pu visiter. J’aimerai par ce carnet présenter ces lieux afin d’inciter des chercheurs étrangers (mais aussi rwandais !), à les utiliser.

Le dernier but de ce carnet serait aussi de présenter la recherche rwandaise en sciences-humaines. Celle-ci est en effet totalement oubliée, absente sur internet. Elle n’est de fait jamais citée dans les nombreux travaux sur l’histoire du génocide. Je présenterai ici des travaux faits par des étudiants rwandais mais aussi par des professeurs ou chercheurs du musée national du Rwanda.

Enfin, il me semble important de proposer une réflexion en ligne d’ordre scientifique sur l’histoire et la mémoire du génocide. Il existe en effet de très nombreux sites négationnistes sur internet et il me semble important de proposer en contre-point une véritable réflexion scientifique.