Les archives de la Croix Rouge Internationale et le Rwanda

Le CICR vient de mettre en ligne une plateforme d’archives audiovisuelles. Les fonds audiovisuels sont de fait divisés en trois fonds distincts: le fonds film, le fonds photos et le fonds sonore.

Selon la description proposée, le fonds film s’étend de 1921 à nos jours et il comprend environ 6500 titres (près de 2000 heures d’images montées), le fonds photo s’étend de la fin du XIXe siècle à nos jours et compte plus de 800 000 images, dont 125 000 en format numérique. Le fonds son s’étend lui de la fin des années 1940 à nos jours et compte 8 700 enregistrements disponibles en format numérique. La grande majorité des archives présentées est libre de droit.

De façon évidente, de telles sources sont extrêmement utiles pour les chercheurs et en particulier pour les historiens. Dans un autre billet, je reviendrai d’ailleurs sur l’excellent ouvrage de Nathan Réra portant sur les représentations photographiques et cinématographiques du génocide des Tutsi1.

Si le travail mené par le CICR est passionnant, notons tout de même un certain nombre d’erreurs d’orthographe dans les légendes de photos, les noms de localité étant particulièrement malmenés…

Quelles sources disponibles sur le Rwanda?

Une recherche avec le mot-clé « Rwanda » sur cette plateforme d’archives audiovisuelles donne le résultat suivant: 1378 photos, 37 films/vidéos, 30 sons. Sans pouvoir revenir sur tous les éléments que l’on y trouve, il me semble intéressant de réfléchir autour de quelques résultats.

Le fonds photos

La très grande majorité des photos mises en ligne concerne la période contemporaine. Ainsi, sur les 1378 photos, 17 seulement datent d’avant 1991. Ces photos rendent compte du travail du CICR mais aussi de certains enjeux humanitaires et politiques majeurs des vingt cinq dernières années au Rwanda. Bien sûr, les images ne renseignent pas sur les causes et l’on remarque que très peu de photographies concernent la période du génocide à proprement dite. On note aussi que ne sont pas mentionnées sur les légendes les mentions « Hutu » ou « Tutsi » dans les mots clés, à l’exception des photos prises suite au massacre de Kibeho, en avril 1995. Cette absence du « mot-clé » ethnique est un cas extrêmement rare, celui-ci étant d’habitude omniprésent dans les inventaires ou thésaurus.

Il faut aussi considérer que les photographies ici montrées ne représentent probablement pas l’entièreté du fonds disponible. Il est vraisemblable que le CICR possède des photos de la période du génocide, mais celles-ci ne sont pas mises en ligne.

Photos par année

Avec ce graphique, on voit que la majorité des photos concernant le Rwanda sur la plateforme d’archives concernent la période de la guerre civile et le « temps d’après ». Pour ce billet, je reviendrai sur quelques photographies qui me semblent particulièrement marquantes, d’un point de vue historique, en suivant une présentation thématique et chronologique. Les légendes proposées sont celles d’origine.

1968 : du Katanga à Cyangugu, l’histoire des mercenaires belges au Congo

 

Parmi les rares photos datant d’avant 1991, 12 concernent le repli de mercenaires belges et de gendarmes katangais dirigés par Jean Schramme au Rwanda, en 1968, à Cyangugu. Ces photos me font penser à un reportage fascinant de 1967 sur ces mercenaires, lorsqu’ils étaient encore à Bukavu. Il y aurait un travail de recherche très intéressant à réaliser sur la façon dont les événements katangais ont été ressentis au Rwanda2.

 

Shagasha. Des délégués du CICR en visite au camp des ex-mercenaires. Shagasha. ICRC delegates are visiting ex-mercenaries camp. Voir la Revue Internationale de la Croix-Rouge, 49ème année, décembre 1967, pp.554-561.

(Shagasha. Des délégués du CICR en visite au camp des ex-mercenaires. Shagasha. ICRC delegates are visiting ex-mercenaries camp. Voir la Revue Internationale de la Croix-Rouge, 49ème année, décembre 1967, pp.554-561. Photo V-P-RW-E-00077, 10/01/1968, Yves Heller, Photo publique sans restrictions)

 

 

Photos des années 1990

 

Si l’on revient aux photos accessibles sur la base du CICR, on voit donc que les photographies concernent surtout les années 1990. Les photos de 1991 à 1994, période de la guerre civile, se focalisent principalement sur les camps de déplacés Hutu et leur fonctionnement (distribution de vivres, destructions, scolarité dans les camps). Certaines photographies portent sur la dimension sanitaire et en particulier les très mauvaises conditions médicales de nombreux déplacés. Plusieurs dizaines de photographies concernent le fonctionnement des centres de santé médico-nutrititionnel entre 1991 et 1994. Face à ces photographies de camps de réfugiés, sont opposés les images de des territoires désertés a cause de la guerre.

Les photographies montent la dimension logistique du travail réalisé par le CICR. La taille des vivres et des entrepôts rend compte de l’importance de la crise humanitaire. Bien sûr, les photos ne permettent pas de comprendre les causes politiques. La dimension militaire est d’ailleurs quasiment absente des photographies. Certaines photos sont particulièrement fortes, telle que cette photo du camp de Kidudu.

Kidudu. Camp de personnes déplacées. Kidudu. Internally displaced persons camp. Les huttes exiguës affectent l'état de santé des déplacés.

(Kidudu. Camp de personnes déplacées. Les huttes exiguës affectent l’état de santé des déplacés. Photo V-P-RW-D-00019-02, 1993, François Grunewald, Photo publique sans restrictions)

 

Le camp de Nyacyonga

Le camp de déplacés de Nyacyonga tient une place particulière au sein de ces archives photographiques. Situé à une quinzaine de kilomètres de la capitale Kigali, le camp de Nyacyonga abrite dès 1991 plusieurs dizaines de milliers de réfugiés, quasiment exclusivement hutu, ayant fui l’avancée du FPR lors des attaques menées au nord du pays, au début de la guerre civile. En 1993, on estime que plus d’un million de personnes avait fui le nord du Rwanda. Du point de vue de la recherche, il manque toujours une cartographie fine des mouvements de déplacés et des camps de déplacés au cours de cette période. Des recherches devraient d’ailleurs être menées sur la façon dont l’Etat rwandais a géré ces camps de déplacés au moment de la guerre civile. Les photos du camp de Nyacyonga rendent compte de la violence de la guerre et de sa diffusion. Si le territoire de la guerre est au nord du pays, la présence de réfugiés aux portes de Kigali étend sa présence et évidemment eu un impact social, politique et symbolique très fort.

Des ouvrages importants ont été publiés sur cette question des réfugiés et déplacés, citons l’ouvrage dirigé par André Guichaoua et publié en 20043. Mais la recherche en ce domaine reste encore très disparate. Une recherche du mot-clé « Nyacyonga » sur Google Books ou Google Scholar renvoie un nombre assez limité de réponses. De plus, les rares mentions se retrouvent surtout dans des textes militants, principalement écrits par des rwandais, visant à dénoncer les crimes du FPR et ses responsabilités dans les crimes commis au Rwanda.

De façon générale, une histoire sociale de la période de la guerre civile reste à écrire et il sera particulièrement important d’étudier si un travail de mobilisation politique spécifique fut mené au sein des camps de déplacés. Il semble communément admis qu’un nombre important de déplacés a participé au génocide des Tutsi, que ce soit des hutu ayant fui le nord du Rwanda ou des burundais hutu ayant fui le Burundi en 1993. André Guichaoua considère ainsi que la fuite des déplacés des camps de Nyacyonga et Mugambazi début avril 1994 vers le sud du pays a joué un rôle important dans l’extension des massacres dans les préfectures de Gitarama, Kibuye et Butare4.

Nyacyonga. Camp de personnes déplacées. En une semaine, environ 30'000 personnes fuyant les combats, trouvent refuge dans et aux alentours du camp. Nyacyonga. Internaly displaced persons camp. In a week, about 30'000 personnes fleeing fights, find refuge in or around the camp. La famine menace environ un million de personnes déplacées, il faut au minimum 13'000 tonnes de vivres par mois pour les nourrir. Leur santé est gravement menacée par des conditions de vie très précaires (manque d'hygiène, promiscuité, sous-alimentation...)

(Nyacyonga. Camp de personnes déplacées. En une semaine, environ 30’000 personnes fuyant les combats, trouvent refuge dans et aux alentours du camp. La famine menace environ un million de personnes déplacées, il faut au minimum 13’000 tonnes de vivres par mois pour les nourrir. Leur santé est gravement menacée par des conditions de vie très précaires (manque d’hygiène, promiscuité, sous-alimentation…).Photo V-P-RW-D-00002-03, 25/02/1993, Wendy Stone, Photo publique sans restrictions)

L’année 1993

Comme on l’a vu, la dimension politique de la guerre n’apparaît que dans un nombre restreint de photos, en juillet 1993, avec des photographies de représentants du CICR se rendant au siège du FPR, à Mulindi. Des photos de formation humanitaire aux FAR sont aussi présentées.

On note une hausse de photographies en juillet 1993, en raison de la visite du Rwanda par le président du CICR, Cornélio Sommaruga. Enfin, pour cette année 1993, on trouve aussi des images de réunion de famille en zone FPR, ainsi que des photos d’entretien d’employés du CICR avec des prisonniers.

Le temps d’après : 1994-2000

On remarque qu’on ne trouve pas de photographies sur la plateforme entre août 1993 et mai 1994. Pour l’année 1994, on voit aussi que beaucoup de photographies ne sont pas datées précisément, ce qui constitue une exception dans la base. De même, plusieurs photos de 1994 sont mal légendées. La numérotation précise des photographies recommence à mai puis juillet 1994.

Les images de 1994 concernent principalement des images des camps de déplacés à Nyarushishi et Kibeho (écrit Kibeo).

La vie dans les camps de réfugiés internes et externes

Les photographies des années 1995 et 1996 prises au Rwanda concernent principalement la situation dans les prisons, les camps de réfugiés au Zaïre mais aussi les camps de déplacés au Rwanda. Des images concernent le déplacement de populations vers le Zaïre mais aussi la vie dans les camps de Goma, Buhoro, Mururu ou encore Kibumba. De nombreuses photos concernent encore le camp de Benaco, en Tanzanie. Le retour des réfugiés rwandais en novembre 1996 est aussi documenté.

Nyarushishi. Camp de personnes déplacées sous la protection du CICR.

(Nyarushishi. Camp de personnes déplacées sous la protection du CICR. Photo V-P-RW-D-00026-08, 23/08/1994, Thierry Gassmann, photo publique sans restrictions)

On trouve aussi de rares photos d’avril 1995 concernant le massacre de réfugiés hutu au camp de Kibeho.

Reconstruire le lien familial

Une des principales missions de la Croix-Rouge internationale consiste à reconstruire le lien familial, c’est-à-dire à réunir les enfants et les parents séparés au cours des épisodes de violence ou d’exode. Au vu des flux particulièrement importants de population au Rwanda à partir de 1990, le travail de réunification s’est révélé particulièrement difficile.

Le CICR a proposé dès le début de la guerre civil un service postal parallèle, permettant de joindre les camps de déplacés puis les camps de réfugiés. En mai 1996, le CICR annonçait avoir distribué plus de deux millions de messages visant au rétablissement de liens familiaux5. Les photos que l’on trouve sur la plateforme montrent que des réunifications ont lieu jusqu’au milieu des années 2000. Il est possible de voir avec les photos que le travail d’identification des enfants non accompagnés s’est déroulé dans tous les endroits où vivent des réfugiés rwandais. Cela est bien visible sur cette image de juin 1999 où l’on voit une femme à Bangui regarder des photos d’enfants.

Bangui. Réfugiée rwandaise essayant d'identifier des enfants non accompagnés photographiés par le CICR. juin 99

(Bangui. Réfugiée rwandaise essayant d’identifier des enfants non accompagnés photographiés par le CICR.Photo V-P-CF-N-00006-36, Juin 1999, Jean Nordmann, Photo publique sans restrictions)

Camp de Benaco. Listes d'enfants non-accompagnés rwandais. Benaco camp. Lists of unaccompagnied rwandan children.

(Camp de Benaco. Listes d’enfants non-accompagnés rwandais. Photo V-P-TZ-D-00005-07, 1994, Sandra Singer, Photo publique sans restrictions)

 

Kigali. Réunion de famille: étreintes de joie entre une femme et son enfant. Kigali. Family reunion under the aegis of the ICRC.

(Kigali. Réunion de famille: étreintes de joie entre une femme et son enfant. Kigali. Photo V-P-ZR-D-00018-20, 24/10/1995, Paul Grabhorn, photo publique sans restrictions)

 

 

Enfants séparés de leurs parents durant les retours des réfugiés du Zaïre au Rwanda. Children separated from their parents during the return of the refugees from Zaire to Rwanda. Ils sont tous à la recherche de leur famille. Numérisation d'après le livret "Connaissez-vous cet enfant ?", page 84, Edition 3B - mai 1998.

(Enfants séparés de leurs parents durant les retours des réfugiés du Zaïre au Rwanda. Ils sont tous à la recherche de leur famille. Numérisation d’après le livret « Connaissez-vous cet enfant ? », page 84, Edition 3B – mai 1998. Photo  V-P-RW-E-00001, 1996, Constantine mugabo, photo publique sans restrictions)

Kigali. Photos d'enfants non accompagnés à la recherche de leurs parents.

Kigali. Photos d’enfants non accompagnés à la recherche de leurs parents.Photo V-P-RW-D-00041-04, janvier 1997, Ursula Meissner, photo publique sans restrictions)

Ces différentes photos montrent les enjeux très importants de la réunification des enfants et des parents, surtout après 1994. Comme l’a montré Maarten Merkelback dans un article paru en 2000 dans un journal de la Croix-Rouge6, une importante base de donnée fut mise en place à partir de 1994 en vue d’aider à rétablir les liens familiaux. Au 31 décembre 1997, la base de donnée de la Croix rouge contenait 271 297 noms, dont 119 577 enfant non accompagnés. Plusieurs dizaines de milliers d’enfants ont pu être retrouvés par leurs parents grâce au travail de la Croix-Rouge. Une vraie recherche sur ce sujet mériterait cependant d’être menée.

L’ampleur du travail mené par la Croix-Rouge au Rwanda et dans les dizaines de centres d’accueil de réfugiés rwandais en Afrique Subsaharienne, explique le traitement scénographique mis en place au sein du Musée International de la Croix-Rouge à Genève dans une partie de l’exposition permanente intitulée: « Reconstruire le lien familial »

(Musée International de la Croix-Rouge, Photo Alain Germond)

(Musée International de la Croix-Rouge, Photo Alain Germond)

Plus récemment, ce travail d’identification et de réunification a fait l’objet d’un important traitement médiatique, après la découverte par un journaliste de nombreuses photographies prises par l’ONG Save the Children, semblables à celles prises par le CICR7. La « découverte » d’archives d’une ONG aussi grosse que Save the Children montre l’absence de culture de documentation des ONG au début des années 1990, la situation ayant évolué en ce domaine.

 

Vers une histoire culturelle de l’après-génocide ?

Au-delà des photographies de camps, ou de situation dans les prisons, se trouvent des images d’un type différent. Par exemple, cette photographie du 30 septembre 1995 présentant un site provisoire de détention à côté des locaux de l’Onatracom.

Kigali, site provisoire de détention ONATRACOM. Installation du site de désengorgement pour les prisonniers.

(Kigali, site provisoire de détention ONATRACOM. Installation du site de désengorgement pour les prisonniers.Photo V-P-RW-N-00127-17, 30/09/1995, Kalili Ossein, photo publique sans restrictions)

Une autre, présente des tas de bidons d’huile USA (à prononcer « ouça » !). Cette photo est assez évocatrice de l’omniprésence humanitaire au cours de cette période, mais elle pose aussi la question du devenir de l’aide, de sa circulation, son usage etc. Travaillant aussi sur les questions mémorielles, je sais que ce type d’objet garde une place particulière dans le souvenir de la vie des camps. On peut citer aussi le souvenir des « biscuits protéinés » BP5.

A partir de la fin des années 1990, s’ajoutent enfin aux images de projets humanitaires des images de projets sociaux-économiques (agronomiques, pêche).

 

Dans la principale décharge de Kigali. Des enfants survivent en ramassant des ordures. Kigali's main rubbish dump. Children who eke out a living from collecting rubbish

(Dans la principale décharge de Kigali. Des enfants survivent en ramassant des ordures. Photo V-P-RW-D-00038-18, avril 1996, Michael Keating, photo publique sans restrictions)

 

La guerre des six jours à Kisangani (juin 2000)

Parmi les photos datées de l’année 2000, notons celles prises à Kisangani fin août 2000 et concernant un épisode peu connu, celui des combats ayant opposé les armées rwandaises et ougandaises à Kisangani. Il existe très peu de sources scientifiques sur cet événement, qui a eu pourtant un impact important sur les relations rwando-ougandaises. Dans le cadre de mes recherches, je me suis intéressé aux mémoriaux du génocide des Tutsi situés en Ouganda. Divers projets de rapatriement des corps des victimes ou de construction de mémoriaux importants par l’Etat rwandais furent envisagés à la fin des années 1990. Ces projets furent gelés pendant plusieurs années, en raison du refroidissement diplomatique entre les deux pays, suite à cette guerre.

 

Kisangani. Création d'un cimetière par le CICR pour les civils morts pendant les combats du mois de juin qui ont opposé ougandais et rwandais.

(Kisangani. Création d’un cimetière par le CICR pour les civils morts pendant les combats du mois de juin qui ont opposé ougandais et rwandais.Photo V-P-CD-N-00088-25 , 30/08/2000, Jean-Patrick Di Silvestro, photo publique sans restrictions)

Kisangani. Création d'un cimetière par le CICR pour les civils morts pendant les combats du mois de juin qui ont opposé ougandais et rwandais.

(Kisangani. Création d’un cimetière par le CICR pour les civils morts pendant les combats du mois de juin qui ont opposé ougandais et rwandais. Photo V-P-CD-N-00069-32, 30/08/2000, Jean-Patrick Di Silvestro, photo publique sans restrictions)

 

 

Le nombre de photos concernant la période post-2000 est beaucoup plus réduit. On note une série de photos sur le travail du CICR dans la prison de Kigali en 2000. Des photos de 2002 et 2003 montrent les formations de militaires rwandais au droit humanitaire. Signalons enfin une série de photographies en 2015 portant sur les réfugiés burundais au Rwanda.

Fonds vidéos

On trouve 37 films concernant le Rwanda dans la plateforme audio-visuelle. Ces derniers présentent le travail du CICR, principalement après le génocide, en se concentrant sur les thématiques classiques du CICR : les droits des réfugiés, les droits des prisonniers, les droits des enfants et le respect du lien familial.

Vidéos par année

Notons parmi ces vidéos :

 

Fonds sonore

Le fonds sonore se révèle moins riche et, en raison de sa faible indexation, plus long à explorer.

Sons par année

Parmi les documents proposés, la conférence de presse organisée à Kigali en octobre 1995 du président du CICR, Cornelio Sommaruga, me semble particulièrement intéressante. Elle fait échos aux nombreuses réflexions développées par Médecins Sans Frontières sur les dilemmes humanitaires au Rwanda post-génocide.

 

Les Archives du CICR

Les archives audio-visuelles du CICR ici présentées auront un grand intérêt pour les chercheurs, il en est de même pour toutes les archives du CICR. Jusque-là, ces dernières ont été peu mobilisées par la recherche universitaire. En raison du délai d’accès aux archives, entre 40 et 60 ans, les données concernant la période de la guerre civile et du génocide ne sont pas accessibles. Cependant, on trouve aux archives du CICR une documentation intéressante sur le tournant de l’indépendance au Rwanda et l’exil de nombreux Tutsi. Au sein de l’inventaire « D AF CONGO2, Activités de la délégation au Congo ex-belge, 1960-1966 » publié en 2006, on trouve la documentation suivante :

D AF CONGO2-029 Renseignements sur les événements se déroulant au Rwanda et sur la situation des réfugiés tutsis au Congo, 06.12.1960 – 21.07.1965

 

Cette documentation a été utilisée par l’historien Marcel Kabanda pour un article sur les massacres de 1963 commis dans la préfecture de Gikongoro8.

 

Pour conclure, on voit que les quelques photos montrées ici mériteraient bien sûr une analyse bien plus poussée. De façon générale, elles rendent compte des enjeux humanitaires au cours de la guerre civile mais aussi après la guerre et le génocide. L’accès aux archives d’ONG, mais aussi aux archives privées des employés d’ONG, est un enjeu très important pour cette période des années 1990. En l’absence de culture photographique au Rwanda, ce sont bien des étrangers qui ont principalement documenté les enjeux de cette période.

 

 

 

 

  1. Nathan Réra, Rwanda, entre crise morale et malaise esthétique : les médias, la photographie et le cinéma à l’épreuve du génocide des Tutsi (1994-2014,) Dijon : Les Presses du réel, 2014. []
  2. Voir Bruyère-Ostells Walter, « La révolte des mercenaires contre Mobutu en 1967. », Guerres mondiales et conflits contemporains 3/2012 (n° 247) , p. 91-104, URL : www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2012-3-page-91.htm. []
  3. Voir GUICHAOUA, André (dir.). Exilés, réfugiés, déplacés en Afrique centrale et orientale. KARTHALA Editions, 2004 []
  4. Voir GUICHAOUA, André,. Rwanda, de la guerre au génocide: les politiques criminelles au Rwanda (1990-1994), La Découverte, 2010 []
  5. Rwanda : le cap des 2 millions de messages Croix-Rouge distribués est dépassé 30-05-1996 Communiqué de presse []
  6.  Maarten Merkelbach, « Reuniting children separated from their families after the Rwandan crisis of 1994: the relative value of a centralized database », International Review of the Red Cross, No. 838, https://www.icrc.org/eng/resources/documents/misc/57jqhh.htm []
  7. Phil Coomes, « the Rwanda photographs that reunited families, 5 avril 2014, BBC, http://www.bbc.com/news/in-pictures-26849311 []
  8. Voir Marcel Kabanda, « Rwanda, les massacres de 1963. Le témoignage de G.D. Vuillemin », Afrique, terre d’histoire. Au cœur de la recherche avec Jean-Pierre Chrétien, Paris, Karthala, 2007, P. 415-434 []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Dantes dit :

    C’est toujours instructif de lire la réflexion de R. Korman et de partager sa passion pour les archives de l’histoire du Rwanda. Au sujet des archives photographiques de la CICR, il m’incombe de relever que toutes les photographies n’ont pas été numérisées. Pour les chercheurs, il faudrait peut-être envisager un petit détour aux archives du CICR à Genève, où il serait possible de voir des photos moins connues à l’exemple de celles qui accompagnent le témoignage de Philippe Gaillard: https://www.icrc.org/fre/resources/documents/misc/5xdjps.htm

  1. 12/03/2016

    […] Les archives de la Croix Rouge Internationale et le Rwanda http://rwanda.hypotheses.org/960 Sénégal – Conception et réalisation d’un programme de numérisation des archives […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *