Un jour, une source: Genocide Archive Rwanda

Date 20 mai 2013

En attendant de publier des articles plus consistants, je me suis décidé à publier chaque jour un article sur une source utile pour tout chercheur travaillant sur le Rwanda. Ces sources seront de divers types: articles, ouvrages, sites internet ou encore archives.

Genocide Archive Rwanda

Centre d'archives de Gisozi

Centre d'archives de Gisozi (Archive du Kigali Memorial Centre)

 

La première source que je vais présenter est un site internet présentant le travail du Centre mémorial de Kigali (ou Kigali memorial centre) sur les archives du génocide: Genocide Archive Rwanda1. Celui-ci a été créé en 2010, soutenu par différents bailleurs de fonds tels que la fondation AEGIS, la fondation Annenberg ou encore le programme de coopération suédois SIDA (Swedish International Development Cooperation).

Grâce à ces financements, le Centre Mémorial de Kigali a pu se doter d'un véritable centre d'archives, unique au Rwanda en terme de conservation des documents. On y retrouve en particuliers les témoignages enregistrés par la fondation AEGIS mais aussi les très nombreuses photographies d'Ibuka ou encore des documents situés dans les archives du centre Iwacu ou de l'Université Nationale du Rwanda. S'y ajoutent une cartographie des témoignages mis en ligne ainsi qu'un certain nombre de documents écrits. Ce travail sur les archives a été aussi rendu possible par la construction d'une véritable base de données par des bibliothécaires de l'Université du Texas.

Le primat de l'audio-visuel sur les documents écrits

Le travail effectué est non négligeable, mettant à la disposition des chercheurs de nombreux documents difficilement accessibles. Je pense par exemple à un certain nombre de journaux créés à partir de 1990 et conservés dans les archives du centre Iwacu. Ceux-ci ont été numérisés par le centre d'archives du mémorial de Kigali et l'on peut ainsi trouver en ligne l'écho des milles collines, Ijambo, Isibo, Kanguka, Kangura, Umurangi, le Courrier du Peuple ou encore Kanyarwanda. Mais à l'exception de ces journaux, on retrouve peu de documents écrits. La priorité a été donnée aux documents audio-visuels. Il est plus facile en effet de scanner des photographies et de les mettre en ligne que de classer et d'inventorier des archives poussiéreuses...et il est surtout beaucoup plus facile de convaincre des bailleurs de fonds étrangers avec des photos violentes qu'avec de vieilles archives écrites en Kinyarwanda. Espérons qu'un jour les bailleurs de fonds finiront par s'intéresser à ces dernières.

Les documents les plus nombreux sur le site sont donc des photographies. Celles-ci concernent de nombreux sujets mais principalement les commémorations du génocide, les enterrements, les restes humains et les mémoriaux. Ces photos, d'une grande violence, permettent une fois encore d'observer la centralité des lieux et des corps dans le travail de documentation et de mémoire du génocide. Elles sont particulièrement importantes dans mon travail de thèse car elles rendent compte des formes que prenaient les cérémonies de mémoire après le génocide mais aussi du vocabulaire présent pendant cette période. En effet, on aperçoit sur de nombreuses photos de commémorations des insignes, panneaux ou affiches portant mention du génocide. Si comme je l'ai signalé dans un article précédent, plusieurs expressions existaient en 1994-5 pour parler du génocide en Kinyarwanda (Itsembabwoko, Itsembatsemba, Itsembabatutsi); je n'avais encore jamais lu avant d'observer la photo suivante l'expression Itsembambaga (extermination des masses).

Photo de la commémoration de Rebero: 1995

Commémoration nationale du génocide à Rebero en 1995 (Archive photographique d'Ibuka)

Si ces photos sont importantes, on regrettera l'absence de véritable indexation2. L'absence de dates pour de nombreuses photos ou de légendes rend leur utilisation difficile. A titre personnel, je me suis aussi longtemps interrogé sur la pertinence de la mise en ligne d'images présentant des rescapés blessés et parfaitement reconnaissables. De façon générale, cette base vise plutôt la quantité, ou l'exhaustivité, plus que la contextualisation et l'explication des documents. Elle est un support pour la recherche et c'est aux chercheurs de l'utiliser.

Enfin, les entretiens vidéos ont fait l'objet d'un important travail de transcription et de traduction en Anglais mais aussi en Français grâce à un financement de l'ambassade de France. Les vidéos concernent autant des témoignages de rescapés, de sages, de "Justes" que de tueurs. Le travail d'indexation des vidéos est très efficace, permettant de chercher par thèmes au sein d'un témoignage.

Indexation Archives

Exemple de présentation des témoignages oraux (Genocide Archive Rwanda)

Si cette base de recherche peut encore être améliorée en terme d'indexation, elle présente cependant un important potentiel et il faut noter que peu de vidéos ont encore été mises en ligne, la majorité étant encore en cours de traitement.

  1. Je renvoie à leur page Facebook: https://www.facebook.com/genocidearchiverwanda []
  2. Shannon Scully, actuellement doctorante à Clark University, a cependant procédé à un important travail de recherche d'information et de contextualisation de ces photos []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche