Archives de l’académie militaire de Nyakinama

Après une discussion avec une amie doctorante ayant publié en ligne une carte interactive historique des projets artistiques à Berlin, je me suis décidé à reprendre un projet ancien, celui de cartographier les lieux d’archives au Rwanda.

Avant tout, il m’arrive régulièrement de m’étonner à la propension que j’ai développé dans mes travaux, sur ce carnet ou dans les articles, à devenir documentaliste plus que chercheur. Difficile de dire si cela traduit une crise de vocation, mais il me semble que cela indique surtout une crise de confiance vis-à-vis des méthodes largement utilisées par les chercheurs lorsqu’il s’agit du Rwanda. Auteurs rwandais oubliés, centres d’archives rwandais peu consultés, importance du  Kinyarwanda éludé. J’irai même dire que l’histoire du Rwanda post-indépendance est au final mal connue. Centrés sur l’histoire politique ou religieuse, les travaux publiés ne mentionnent que peu l’histoire culturelle depuis la fin des années 1950. Un jour, peut-être…En attendant, j’espère que le travail de cartographie des centres d’archives rwandais incitera à un autre mode de production de connaissance et à un autre usage des sources1.

Archives de l’académie militaire de Nyakinama

Pour leur ouvrage « Une guerre noire. Enquête sur les origines du génocide rwandais (1959-1994)« ((David Servenay et Gabriel Périès, Une guerre noire : Enquête sur les origines du génocide rwandais, Editions La Découverte, 2007, 414 p)), Gabriel Périès et David Servenay ont utilisé une documentation récupérée au sein des archives de l’académie militaire de Nyakinama, situé près de Ruhengeri (maintenant Musanze), au nord du Pays. Les documents utilisés qui proviennent des archives de l’ancienne Ecole supérieure militaire de Kigali se révèlent particulièrement intéressants afin de comprendre les origines de la formation militaire au cours de la deuxième République et sur les concepts alors utilisés par les militaires rwandais à la fin des années 1980. 19 thèses de stagiaires de cette école sont ainsi présentées, sur des thèmes tels que l’autodéfense civile, le recrutement au sein des forces armées rwandaises ou encore les méthodes de formation de la gendarmerie et de la police. Mobilisés tout au long de l’ouvrage, ces travaux produits pour le plus récent en juillet 1990, permettent de comprendre l’état d’esprit de l’armée rwandaise à la veille de la guerre civile. Il serait intéressant de connaître le contenu des travaux réalisés par les stagiaires dans la période postérieure.


Afficher Nyakinama: archives militaires sur une carte plus grande

Carte des lieux de savoir

A partir de l’exemple ci-dessus, je propose une première forme de carte des lieux de savoir, qui sera enrichie progressivement à partir de mes propres archives, mais aussi des informations recueillies dans les autres recherches rwandaises ou étrangères. Les lieux ne sont pas classés pour l’instant et le seront sous forme thématique (archives religieuses, archives ministérielles, archives associatives etc). Cette carte servira aussi à centraliser l’évolution des lieux concernés. Prenons-en pour exemple la bibliothèque nationale du Rwanda qui vient de mettre en ligne son important catalogue.


Afficher Lieux de savoir sur une carte plus grande

  1. Notons tout de même qu’un certain nombre de chercheurs, français particulièrement, utilisent où ont utilisé de telles archives. Je pense aux travaux d’Emmanuel Viret, Hélène Dumas mais aussi Jean-Pierre Chrétien ou encore André Guichaoua []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Guillaume dit :

    Il est a noté que l’Institut français du Rwanda a ouvert un « Coin français » dans le batiment de la bibliothèque nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *