Bibliographie rwandaise et bibliothèques

Légèrement pris ces derniers temps dans des questions de déménagement, d’écriture de thèse qui ne commence pas, et d’articles à rendre; je vais tout de même essayer d’offrir une plus grande régularité de publication à ce carnet de recherche.

Dans cet article, je vais simplement proposer quelques éléments pratiques dans le cadre d’une recherche sur le Rwanda. Le premier élément, commun à tout travail scientifique, est la recherche bibliographique. Si l’exercice consiste à repérer des ouvrages correspondant à son sujet, certaines bibliographies proposent une vue générale des travaux publiés sur le Rwanda. C’est le cas de celle publiée récemment en ligne  par François Lagarde, de l’Université du Texas à Austin. La bibliographie qu’il propose présente 7126 ouvrages publiés entre 1990 et 2011. Comme toujours, le classement élaboré est discutable, ainsi que l’introduction somme toute étrange en certains points…Surtout, un tel travail quantitatif ne permet pas de différencier les différents niveaux de qualité de ces travaux, et l’on ne s’étonnera guère de retrouver dans les sites internet référencés un nombre important de sites négationnistes.

Cependant, cette somme de travail, réalisée par une seule personne, permettra d’obtenir de façon très rapide grâce à une recherche par mots-clés un nombre important de références de textes publiés depuis 1990. Surtout, il s’agit du premier travail de cette ampleur réalisé depuis l’encyclopédie bibliographique produite par Marcel d’Hertefelt et Danielle de Lame en 19871.

Société, culture et histoire du Rwanda

encyclopedie

Disons-le clairement, ce dernier ouvrage n’a pas obtenu la reconnaissance qu’il mérite, à l’instar de l’autre grand projet réalisé par le Musée Royal de l’Afrique Centrale de Tervuren, le dictionnaire Kinyarwanda-Français2. L’encyclopédie est au quotidien un très bel outil de travail, chaque référence bibliographique étant résumée. Il s’agit d’un travail tant quantitatif que qualitatif et 26 ans après sa publication (déjà!), celle-ci reste incontournable. Surtout, le fait que l’encyclopédie ait été publiée avant le début de la guerre civile en 1990 permet d’appréhender la façon dont se pensait la recherche précédemment. Lire cette encyclopédie permet de sortir du prisme du génocide pour mieux redécouvrir les questions de recherche qui se posaient alors sur le Rwanda. Une telle démarche de désactualisation semble nécessaire face au poids omniprésent du génocide dans la littérature scientifique sur le Rwanda3. Enfin, sans vraiment trahir le secret, le MRAC projette la publication en ligne et réactualisée de cette encyclopédie. Une fois ce projet achevé, il s’agira de façon évidente du plus bel outil disponible pour l’étude du Rwanda.

Bibliothèques spécialisés sur le Rwanda

Il est intéressant de présenter ces importantes bibliographies, mais une fois ces références trouvées, où consulter les ouvrages ou les articles trouvés? La réponse à cette question est maintenant simplifiée du fait de la mise en ligne des catalogues des bibliothèques. Pour la recherche d’ouvrage, je rappelle toujours l’importance de Worldcat, permettant de localiser très rapidement une publication.

La liste des établissements possédant des fonds conséquents sur le Rwanda est difficile à établir, mais je propose ici deux lieux que j’ai pu découvrir assez récemment, lors d’un de ces fameux « séjours parisiens », pratiqués par de nombreux doctorants vivant en dehors de la capitale. Tout d’abord, je pense à la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine) centrée sur l’étude du XXème siècle et à l’histoire particulièrement passionnante4. Un de ses employés, Franck Veyron, a élaboré une bibliographie sur le génocide. Celle-ci a été mise en ligne et récemment mise à jour. Notons que chacun des ouvrages recensés est disponible en consultation. On y trouve certains documents difficilement trouvables, tel la thèse d’Heidy Rombouts sur  les organisations de victimes au Rwanda (et en particulier Ibuka)5. Enfin, la BDIC cherche à développer ces prochaines années une véritable politique d’acquisition d’ouvrages sur le génocide.

Une autre bibliothèque, la BULAC, (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations), propose un fonds important sur le Rwanda. Plusieurs centaines d’ouvrages sont accessibles, en particulier sur la culture et la langue rwandaise. On y trouve de plus des documents peu (ou mal) diffusés, tel l’encyclopédie « Société, culture et histoire du Rwanda » cité précédemment, ou encore des textes de la littérature rwandaise. Je pense en particulier à Mes transes à trente ans : escapade ruandaise de Saverio Nayigiziki, récemment republié mais encore peu connu6. Notons pour finir que cette récente bibliothèque  est un très beau lieu de travail.

  1. Hertefelt Marcel d’. et Lame Danielle de, 1863-1980/87, Musée royal de l’Afrique centrale, 1987, 984 p. Pour une description précise de l’histoire de cette encyclopédie, voir: http://rwandabase.africamuseum.be/fr/tp_histo. []
  2. MRAC et IRST, Dictionnaire Rwanda – Rwanda et Rwanda – Français, Institut de Recherche Scientifique et Technologique, 2005, 2895 p. []
  3. Il serait intéressant de voir combien d’articles publiés sur le Rwanda depuis 1994 ne font pas mention du terme « génocide » []
  4. Voir http://www.bdic.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=156&Itemid=34 []
  5. Voir Rombouts Heidy, Victim Organisations and the Politics of Reparation: A Case-Study on Rwanda, Intersentia nv, 2004, 558 p. []
  6. Voir Nayigiziki Saverio et Kwizera Jean-Paul, Mes transes à trente ans: escapade ruandaise, Metz, Université Paul Verlaine, Centre de recherches Écritures, 2009. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *