Archives Alexis Kagamé

Il y a des jours où le hasard des recherches sur Internet permet de trouver des mines d’or improbables.

Dans le cadre d’une recherche sur le musée de Kabgayi, j’ai découvert le projet Archives du centre Aequatoria. Ce centre fut mis en place comme tel en 1980, mais il fait suite à la « création en 1937 par Edmond Boelaert (1899-1966) et Gustaaf Hulstaert (1900-1990), deux missionnaires belges, du périodique africaniste ‘Æquatoria’, qui était dédié à l’étude des langues et de la culture des peuples de la cuvette centrale du fleuve Congo, principalement les Mongo ».

Au sein des archives conservées par ce centre, on trouve toute une correspondance entre Gustaaf Hulstaert et l’Abbé Alexis Kagamé1. Cette correspondance, 32 lettres de Hulstaert et 22 de Kagamé entre 1944 et 1960, a été entièrement retranscrite. Celle-ci est particulièrement intéressante afin de comprendre la question des rapports entre Foi et Culture, l’organisation intellectuelle du clergé au Rwanda et la mise en place de différentes revues. Il est difficile de décrire la richesse d’une telle correspondance.

Je donnerai simplement l’exemple de la lettre numéro 11 d’Alexis Kagamé, du 14 avril 1945, où celui-ci donne son interprétation de la famine de 1945. Dans celle-ci, celui-ci écrit :

« Les indigènes affirmèrent que cette famine vient de l’organisation défectueuse du Service agricole! Les Agronomes ne surent pas en effet sortir de leur méthode livresque pour s’adapter au climat et aux cultures indigènes! Cela est évident pour quiconque connaît la région: depuis Usumbura (altitude 700 m) jusque dans les régions des volcans (2800 m), les cultures étaient les mêmes, et devaient s’exécuter dans la même semaine! De là une pénurie de vivres qui se fit sentir 2 ans avant le fléau; celui-ci ne se fit voir brusquement qu’à la grande sécheresse! Exode en Uganda bien avant le fléau, pour échapper à ces « vexations belges »! Le comble fut que les responsables, pour se justifier, accusèrent les Batutsi d’être la cause de la famine! Ceux-ci, spécialement dans la grande réunion des Chefs à Kigali en Mai 1944, montrèrent clairement que le Gouvernement ne les consulte pas, et qu’ils ne peuvent pas être rendus responsables des suites de ces mesures dictatoriales prises à l’encontre du bon sens le plus élémentaire!

De là, lutte ouverte entre « Européens et Propriétaires Vachers »! Survient l’indépendance de l’Uganda, couronnant une propagande anti-belge bien menée! (Je dis propagande étrangère!) Les Banyarwanda disent qu’au lendemain de la victoire, un plébiscite sera provoqué pour se choisir un protecteur plus humain! (Disons que les dirigeants de ce mouvement à l’étranger, parce qu’ils vexent les mandatés belges, alors que ceux-ci ont sous le nez les traitements princiers dont les protégés dé l’Angleterre sont l’objet!) Le Roi est accusé également d’avoir trahi son pays, parce qu’il ne fait rien pour le protéger contre les Européens! (Mais la réalité est qu’il a été à l’écart du commandement, et que tout le mal est venu de là)! ».

Notons qu’une publication a été tirée de cette correspondance2.

Par esprit d’escalier, ce site internet m’a fait penser aux archives Alexis Kagamé, situées dans la bibliothèque attenante au centre Saint Jean-Baptiste à Butare, en face de la Cathédrale. En dehors du petit millier d’ouvrages, généralement consacrée aux questions  philosophiques et théologiques, on y trouve les manuscrits d’Alexis Kagamé. Ceux-ci sont hélas désordonnés, placés directement sur des étagères métalliques et subissent les aléas climatiques, que ce soit l’humidité ou la poussière.

Pour l’instant, il ne semble pas qu’il y ait de projet d’inventaire de ces documents et encore moins de projet de conservation. En cas de projet de valorisation des archives rwandaises, on peut espérer que ce serait l’une des priorités !

 

 

  1. .  Une longue biographie et bibliographie est proposée par Honoré Vinck. Ces notes biographiques sont particulièrement  intéressantes par leur aspect critique. Elle rappelle les limites d’une volonté de maîtrise de tous les domaines des sciences humaines et d’écrire sur chacun de leurs aspects. Une telle critique peut aussi être faite à l’encontre d’Alexis Kagamé. Voir http://www.aequatoria.be/BiblioHulstaertTXT.html []
  2. H. Vinck, La correspondance Kagame-Hulstaert, Annales Aequatoria 5(1984) 178; 6(1985) 177-187.(Résumé des lettres) ; Texte publié dans Annales Aequatoria 16(1995)467-588 []

Vous aimerez aussi...