Mémoires et thèses 2.0

En consultant la littérature scientifique sur le Rwanda et en discutant avec de nombreux chercheurs, j’ai constaté que les travaux étudiants ne sont que rarement consultés. Les mémoires de recherche (de licence à Master 2) sont ainsi déconsidérés. De nombreux mémoires se révèlent plus riches que des articles publiés dans des revues scientifiques, mais ils restent généralement considérés de fait comme une « littérature scientifique d’essai » et ne sont donc que peu valorisés. Très rares sont ainsi les mémoires mis en ligne.

Il existe cependant quelques exceptions. On peut mentionner tout d’abord les dépôts d’auto-archivages, tel Memoire online. Si ce site a une interface austère et se révèle peu pratique à l’utilisation, on y trouve néanmoins un certain nombre de mémoires déposés par leurs rédacteurs, mais aussi des mini-mémoires ou articles. Les travaux proposés sont de qualité très inégale. Mais il se trouve que plusieurs étudiants rwandais utilisent ce site, et il est donc possible d’y trouver des travaux rwandais. On peut citer un petit mémoire de Thomas Munyaneza sur les voyages à l’étranger du roi Mutara III Rudahigwa1 ou encore un article de Eric Nsanzubuhoro Ndushabandi sur l’association de rescapés AERG2 Plusieurs mémoires à proprement dit sont aussi disponibles, sur des questions aussi variées que le tourisme au Rwanda, les problèmes psychiatriques, les organismes de micro-finance etc.

En dehors de ces sites d’auto-archivage, il existe en France3 une volonté récente de mettre en ligne de façon plus automatique les mémoires de Master. Cela est visible au vu du développement des projets de type DUMAS (Dépôt universitaire des mémoires après soutenance). Mais cette initiative reste encore limitée avec environ 2000 mémoires en ligne. De fait, les mémoires restent difficilement accessibles au sein des universités françaises.

A l’inverse, les IEP sont nombreux à proposer un accès aux mémoires étudiants. Le site TUISP proposait dans le passé un inventaire de ces travaux, mais il est plus fiable d’aller directement vérifier chaque catalogue des Instituts d’études politiques.

Thèses en ligne

Mais au delà des mémoires, ce sont aussi les thèses de doctorat qui font l’objet d’un drôle d’évitement par les chercheurs. Elles semblent peu consultées et encore moins citées. A l’inverse, les thèses remaniées et publiées font l’objet de beaucoup plus d’attention.

Comment expliquer ce désintérêt pour les thèses de doctorat françaises, et surtout étrangères?

La première hypothèse vient de la difficulté d’accès à celles-ci. S’il est vrai que l’ancien site du fichier central des thèses n’était pas fonctionnel, cela est moins vrai maintenant avec la création d’un nouveau site d’accès aux thèses en cours et aux thèses publiées en France. Mais très peu sont accessibles en ligne.

L’autre hypothèse vient des maigres ressources allouées à l’accès aux ressources numériques. Tout chercheur français se rendant dans une université étrangères ayant un accès aux ressources en ligne, tel que Proquest, est généralement pris d’ivresse devant l’abondance de documentation à disposition. Cependant, ces services sont prohibitifs et expliquent aussi, en partie, la différence du coût d’inscription à l’université4.

La dernière hypothèse5 est celle d’un déficit d’utilisation des « repositories » ou bases de données de thèses. En effet, de nombreuses universités proposent les thèses en accès libre, mais elles sont encore peu connues.  Plusieurs initiatives de référencement des bases d’accès aux thèses existent cependant, dont celles de:

L’ABES, l’agence bibliographique de l’enseignement supérieur

Cursus (pour les archives francophones)

Paris 4

-la BNF

En fouillant chacun de ces sites, il est possible de trouver de nombreuses thèses étrangères en ligne. Mais il est aussi possible de chercher de façon plus générale une thèse en utilisant Worldcat. Au sein des recherches avancées, il est possibles de sélectionner l’option thèses et mémoires. En utilisant le mot-clé « Rwanda » en Titre, on obtient 1263 thèses et mémoires référencés.

Worldcat

Ethos: Accès aux thèses de Grande-Bretagne

J’essaierai de faire connaître différentes thèses que j’ai pu récupérer par le biais de ces recherches et qui méritent une grande attention. Plusieurs d’entre elles proviennent du projet de dépôt de thèse de la British Library: ETHOS (pour Electronic theses online).

Gratuit, le site permet après enregistrement de télécharger de nombreux doctorats numérisés. C’est par ce biais que j’ai découvert la thèse de Rachel Ibreck sur la politique de mémorialisation6. Il s’agit du travail le plus abouti à ma connaissance sur la question des mémoriaux au Rwanda. D’autres thèses sont accessibles gratuitement, telle celle de Philip Clark sur les Gacaca7, de Ian Linden sur l’histoire des Pères Blancs au Rwanda8, de Daniela Kroslak sur le rôle de la France pendant le génocide9 ou encore de Nigel Eltringham sur la situation du Rwanda post-génocide10.

Cette base permet aussi de découvrir des thèses défendues mais non numérisées. J’ai ainsi récemment découvert le travail de Laura de Becker sur les musées et mémoriaux aux Rwanda11.

  1. Munyaneza Thomas, Les voyages du roi Mutara III Rudahigwa et ses résultats,Université nationale du Rwanda, 2009 []
  2. Cet article est une contribution à un ouvrage collectif. Voir Nsanzubuhoro Ndushabandi Eric, « Figure de l’autre et construction de l’identité de la victime à travers l’Association des Étudiants et Élèves Rescapés du Génocide, (AERG) », in Génocide : les figures de la victime, Bruxelles, coll. « La Pensée et les hommes », n˚ 85, 2012, pp. 135-155 []
  3. La différence avec les pays comme le Canada ou les Etats-Unis est flagrante. De très nombreux mémoires de master américains et canadiens sont ainsi accessibles en ligne []
  4. La situation évolue cependant sur ce point aux Etats-Unis, avec les débats relatifs à la dette des étudiants mais aussi en raison d’un refus de nombreux universitaires de devoir payer pour obtenir l’accès aux documents qu’ils produisent. Une pétition a été lancée sur cette question: http://thecostofknowledge.com []
  5. On pourrait rajouter une quatrième hypothèse: les thèses de doctorat sont très ou trop longues. Entre un article de 10 pages, un ouvrage de 200 pages et une thèse de 600 pages, le choix semble se porter le plus souvent vers les petits formats. Notons que cela peut aussi s’expliquer pour des raisons de reprographie. Lorsqu’une thèse n’est pas disponible au format numérique, faire 600 pages de photocopies se révèle extrêmement long…et coûteux! Il est aussi frappant de comparer les thèses américaines ou anglaises avec des thèses françaises. Celles-ci sont beaucoup plus courtes []
  6. Ibreck Rachel, Remembering Humanity .The Politics of Genocide Memorialisation in Rwanda,Université de Bristol, 2009, 239 p. []
  7. Sa thèse a été récemment publiée. Voir Clark Phil, The Gacaca Courts, Post-Genocide Justice and Reconciliation in Rwanda: Justice without Lawyers, Cambridge University Press, 2010, 401 p. []
  8. Voir Linden Ian, The White Fathers Mission in Rwanda 1900-1932, University of London, 1975. Une version remaniée de la thèse a été traduite aux éditions Karthala. Voir Linden Ian et Linden Jane, Christianisme et pouvoirs au Rwanda (1900-1990), Paris, Éditions Karthala, 1999 []
  9. Voir Kroslak Daniela et University of Wales Aberystwyth, The responsibility of external bystanders in cases of genocide : the French in Rwanda, 1990-1994,University of Wales, Aberystwyth, Aberystwyth, 2002. Notons que cette thèse a été faite dans l’université du Pays de Galle, université qui contient les archives de Linda Melvern []
  10. Voir Eltringham Nigel Paul, Discourse and genocide : the contest for « reality » in post-genocide Rwanda.,University of London, 2001. Un ouvrage a été tiré de cette thèse:  Eltringham Nigel, Accounting for horror : post-genocide debates in Rwanda, London; Sterling, Va., Pluto Press, 2004 []
  11. Voir Becker Laura De, Remembering Rwanda : the commemoration of the 1994 genocide in Rwanda’s national museums and memorials,University of East Anglia, 2012 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *