Les cimetières au Rwanda

Si l’on essaie de faire quelques recherches en ligne sur la question des enterrements et des cimetières au Rwanda, on se heurte vite à deux types de réponses. La première, ce sont les articles relatifs aux cimetière du génocide, y compris d’ailleurs un article que j’ai récemment écrit pour le site Génocides et politiques mémorielles.

La seconde, beaucoup plus étonnante, ce sont tous les sites internet reprenant la nouvelle de « la récente découverte d’un cimetière extraterrestre dans la jungle rwandaise ». Il s’agit d’un hoax extrêmement répandu, qui se superpose étonnamment au premier type de réponses.

Il est alors difficile de trouver des informations pertinentes sur les rites funéraires au Rwanda, tant du point de vue historique qu’anthropologique. De telles informations permettent pourtant de comprendre certaines réalités de l’après-génocide dans le rapport aux morts. Un excellent ouvrage-synthèse a pourtant été publié en 1990 par Gérard Van’t Spijker, mais celui-ci est très peu connu, y compris du monde de la recherche1. Il fut cité pour la première fois à ma connaissance dans un article sur les questions de mémoire par Anne-Marie Brandstetter2. Si cet ouvrage est peu cité en France, il est vrai qu’on ne le trouve que dans une université à Strasbourg3), il est par contre mentionné dans tous les travaux étudiants rwandais sur les mémoriaux ou les rites funéraires. Gérard Van’t Spijker ayant longtemps enseigné à la Faculté de Théologie Protestante de Butare, son ouvrage a été distribué dans les bibliothèques du Musée National et de l’Université Nationale à Butare.

L’histoire des rites funéraires

Revenir sur l’histoire des pratiques funéraires au Rwanda, c’est aussi revenir sur la façon de traiter les corps après la mort. Si certains textes mentionnent l’abandon des corps sur leur lieu de mort de façon générale ou bien dans le cas de certains précis tels que la mort d’un voyageur étranger, le corps était de fait le plus souvent enterré au sein du terrain familial. L’enterrement, s’il marquait la communauté, restait une affaire de famille au niveau du lieu de repos du mort. C’est avec la colonisation que le cimetière commence à être imposé, imposition qui sera toutefois un échec.

Encore maintenant et malgré l’interdiction officielle4, de très nombreux rwandais se font enterrer chez eux, ou dans un terrain familial à la campagne (mu cyaro). Une information récente permet d’ailleurs de confirmer cela, de façon indirecte. Le plus gros cimetière de Kigali, le cimetière de Remera, surnommé plus généralement « Iwabo wa twese »5, vient d’être remplacé par le nouveau cimetière de Rusororo, près de la commune de Kabuga. Prévu pour 13 800 tombes, il devrait selon ses concepteurs être plein dans 18 ans. Mais ce qui  semble être une simple indication est en fait extrêmement significatif. Si l’on considère les chiffres officiels, il est alors prévu environ 750 enterrements par an dans le cimetière de Kigali, qui comprend pourtant environ un million d’habitants. On peut alors en tirer deux conclusions possibles:

Soit les habitants de Kigali ne meurent pas et bénéficieraient d’un taux de mortalité de 0,073%6.

Soit les habitants de Kigali sont rarement enterrés dans les cimetières publics.

J’ai tendance à pencher pour la deuxième option.


View Cimetière de Remera in a larger map

 

Entre collectivisation des lieux d’inhumation et privatisation des pratiques funéraires

Après le génocide, le nouveau gouvernement essaya lui aussi d’obliger à l’inhumation au sein de cimetières publics7. Si ces lieux d’inhumation collectif paraissent inacceptables pour de nombreux rwandais, cela s’explique aussi pour des raisons économiques. Ainsi, la tombe la moins chère au sein du nouveau cimetière de Kigali coûte 15000 francs (20 euros), ce qui pour de nombreux habitants n’est pas négligeable La situation est encore plus complexe en certains endroits à la campagne en l’absence de cimetière public, comme le décrit un journaliste de Syfia Grands-Lacs8:

Au Sud, il n’est pas permis d’enterrer à son domicile et les cimetières publics, jadis livrés par l’État, n’existent plus. « Les cimetières sont remplis. Et les terres sont devenues peu nombreuses », assure Védaste Habinshuti, secrétaire exécutif du secteur Muhanga. Actuellement, ceux qui habitent une même entité administrative s’asseyent ensemble et décident du montant à cotiser pour acheter un cimetière commun. Mais, tous ne sont pas d’accord. Dans la cellule Nganzo, près de 2 000 foyers envisagent d’acheter à 2 400 000 Frw (4 000 $) une forêt qui constituera leur nouveau cimetière collectif. Pour l’heure, seuls 600 000 Frw (1 000 $) sont disponibles et uniquement ceux qui ont payé ont le droit d’y inhumer un proche. Un homme de la cellule Nyamirama, qui avait refusé de payer pour l’achat d’un cimetière, est mort peu de temps après. Sa famille a du payer 10 000 Frw (16 $) pour l’enterrement, alors qu’elle n’aurait eu à payer que 2 500 Frw de contribution…

Mais si la culture rwandaise évolue autour de la question des cimetières, on observe aussi une évolution autour des pratiques commerciales liées à la mort. Là où dans le passé, tous les rites devaient être accomplis par la famille, y compris l’enterrement de la personne décédée, apparaît maintenant un marché des défunts9. Certaines entreprises proposent ainsi la gestion entière des rites funéraires, de la préparation du cercueil au terrassement de la tombe10.

Cette présentation vidéo de la création de l’entreprise Pompe Funebre Twifatanye par Languida Nyirababeruka est sur ce point très intéressante.

 

 Questionnements

 Si la question des cimetières et de façon générale est un impensé de la recherche anthropologique actuelle sur le Rwanda, on peut s’interroger sur les raisons de l’évolution des pratiques et sur les évolutions à venir :

  • Au vu des problématiques liées à l’importante démographie, au manque de terres et aux questions écologiques, quel espace sera trouvé pour les cimetières ? Il est ainsi parfois envisagé à moyen terme de détruire des cimetières tels que celui de Remera. En ce cas, que sera-t-il fait des ossements ? Si cette question engendrera forcément de nombreuses réactions, et probablement des discours scientifiques sur le non-respect de la culture rwandaise, il est intéressant de rappeler que les ossements de près de 6 millions de personnes sont entreposés au sein des catacombes à Paris.
  • Quel est l’impact du retour des différentes diasporas dans la représentation de la mort ? En effet, les rwandais rentrés de diaspora ont amené avec eux des pratiques différentes, venant du Congo, du Burundi, de l’Ouganda etc. On peut se demander si les émotions montrées sont différentes selon les différents types d’enterrement et l’origine des personnes décédées.
  • Si on voit apparaître de nouvelles pratiques ostentatoires au Rwanda, c’est particulièrement le cas pour le mariage, il existe aussi de nouvelles habitudes liées à l’évolution des nouvelles technologies. Ainsi, il est assez courant de prendre des photos pendant un enterrement mais aussi de le filmer, au même titre que le mariage. Là encore, je n’ai jusque là pas réussi à trouver les raisons ou plutôt la genèse de cette pratique.
  • Quelle est la différence de rites funéraires selon les rites religieux, entre protestants, catholiques, musulmans mais aussi hindous au Rwanda

Autant de points qui soulève plus d’interrogations que de réponses, mais c’est justement là l’intérêt de la recherche!

  1. Gerard Van’t Spijker, « Les usages funéraires et la mission de l’Eglise. Une étude anthropologique et théologique des rites funéraires au Rwanda », Vit Geversmaatschppij J-H. Kok-KAMPEN, 1990 []
  2. Voir Anna-Maria Brandstetter, Contested Pasts: The Politics of Remembrance in Post-Genocide Rwanda, Ortelius lecture, Anvers, premier avril 2010 []
  3. Comme l’indique Worldcat (www.worldcat.org []
  4. A noter que je n’ai jusque là pas réussi à trouver trace d’une loi récente relative à l’interdiction au sein du terrain familial. Le moteur de recherche www.amategeko.net ne renvoit ainsi qu’à des lois de plus de 50 ans. []
  5. Chez nous tous []
  6. Le taux de mortalité officiel est de 15% []
  7. Il faut noter qu’en l’absence de travaux sur la question, il serait intéressant d’inventorier les cimetières publics au Rwanda et de les comparer avec les cimetières liés aux Eglises. []
  8. Fulgence Niyonagize, « Sud du Rwanda : solidaires dans la vie comme dans la mort » in Syfia Grands-Lacs, 30 septembre 2011. http://syfia-grands-lacs.info/index.php?view=articles&action=voir&idArticle=2261 []
  9. J’emprunte cette expression à Pascal Trompette. Voir Pascale Trompette, Le marché des défunts, Les Presses de Sciences Po, 2008, 300 p. []
  10. Sur la difficulté du travail des fossoyeurs, voir Alphonse Safari Byuma, « Rwanda : la seconde vie des fossoyeurs » in Syfia Grands-Lacs, 4 octobre 2007. http://syfia-grands-lacs.info/index.php?view=articles&action=voir&idArticle=781 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gakumba dit :

    Intéressante étude mais incomplète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *