La recherche du web profond

Dans le cadre de ce blog, j’essaie de présenter des méthodes de recherche par le biais d’internet. De très nombreux sites sur la question existent déjà et certains méritent particulièrement d’être signalés.

  1.  Tout d’abord l’excellent site « la boîte à outils des historiens » de Franziska Heimburger et Emilien Ruiz, qui présente de nombreux articles passionnants sur des sujets aussi divers que les logiciels de gestion bibliographique (tel Zotero), l’usage de la photographie dans les centres d’archives, les ressources numériques, ou bien les bonnes méthodes de sauvegarde
  2.  Chaque site d’URFIST (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique) propose généralement des informations très pertinentes sur les outils de veille collaborative ou les bases de données sur lesquelles trouver des articles, des thèses etc. De nombreuses universités proposant des formations de recherche aux étudiants mettent aussi en ligne leurs documents.
  3.  L’ENSSIB, l’école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, propose une brochure intitulée « Repères », présentant de façon générale les méthodes de recherche par le biais du web.
  4.  Enfin, un site incontournable, les signets de la BNF, qui sont une formidable porte d’entrée pour commencer des recherches de façon systématique.

Consulter ces sites se révèle particulièrement important afin de revenir sur les méthodes jusque-là utilisées. Je me rends compte que par habitude, je consulte de façon automatique les mêmes sites internet de recherche tel Google scholar ou bien Google comme moteur de recherche de façon général. Pourtant, en utilisant de bonnes méthodes de recherche, il est possible de trouver du matériel inédit sur la toile.

La première chose a rappeler sur ce point est que les moteurs de recherche tel google n’indexent qu’une partie infime du web. En effet, les robots d’indexation des moteurs de recherche ne peuvent accéder à toutes les informations présentes en ligne. Le web profond désigne ces informations accessibles mais non indexées.

Plusieurs parties du web profond sont particulièrement intéressantes pour la recherche entre autres:

  • les bases d’archivage de thèses, de mémoires ou d’articles
  • les bases d’archivages de journaux
  • les forums de discussion

Les signets de la BNF proposent de nombreuses liens précis sur ces bases de données, qui contiennent presque toujours des informations sur un sujet de recherche. Il existe aussi des répertoires de bases de données, tel que Calame qui permettent de comprendre que la recherche d’articles et d’informations ne s’arrête pas à Revues.org, Cairn, Persée ou bien Jstor.

Il existe aussi des moteurs de recherche permettant d’interroger un grand nombre de ces bases de données. Le moteur BASE permet ainsi d’accéder directement à de nombreux documents hébergés sur ces bases. Une comparaison avec google scholar permet de voir que la recherche est globalement plus pertinente.

J’essaierai de présenter au fur et à mesure des documents trouvés sur le « web profond », en particulier des base de données de thèse ou d’archives de journaux. Mais il ne faut pas oublier que de nombreux travaux et revues n’ont pas été numérisés ou indexés. C’est particulièrement le cas pour le Rwanda, aucune revue n’étant ainsi accessible en ligne (excepté certains numéros de la revue d’Etudes Rwandaises). En ce cas, le web, qu’il soit profond ou pas, ne se révèle d’aucun secours.


Vous aimerez aussi...