Butare (2)

En plus de l’université nationale, la ville de Butare est particulièrement connue pour héberger le musée national du Rwanda. Plus grande institution culturelle du pays, il fut créé en 1989, suite à une « promesse royale ». C’est ainsi en 1970 que « le roi Baudouin et la reine Fabiola, en visite au Rwanda, découvrent les riches collections artistiques et ethnologiques. Ils promettent la construction, payée par la Belgique, d’un Musée national du Rwanda »1

Souvent présenté comme « le plus beau musée d’Afrique centrale », celui-ci étonne par sa grandeur. Même si l’expression est discutable, il s’agit de fait d’un musée de type européen qui a été installé au cœur du Rwanda. La muséographie reste ainsi centrée sur certains codes de représentation, et en particulier sur l’importance des panneaux écrits. Une des principales lacunes de ce musée réside alors à mon sens dans l’absence totale de dimension sonore, y compris pour les panneaux représentant la musicologie au Rwanda. Que signifient alors les complaintes sur la perte de la dimension orale de la culture rwandaise, si les enregistrements sonores ne sont jamais présentés au public, y compris au sein du musée national du Rwanda ?2

Les collections muséologiques

Si ce musée fut créé en 1989, les collections muséologiques ne datent évidemment pas de cette période. Elles sont le fruit d’un long travail de collecte, commencé principalement après la création de l’IRSAC (Institut pour la Recherche Scientifique en Afrique Centrale) en 1947, puis ensuite au sein de l’INRS (Institut national de la recherche scientifique situé à Butare). Si le musée a publié deux ouvrages sur ses collections3, la littérature sur la création du musée et de façon générale sur le patrimoine au Rwanda, est encore lacunaire4.

On peut toutefois trouver des informations importantes dans les rapports de l’INRS, publiés à partir de 1964 ainsi que dans divers rapports du MRAC (le musée royal de l’Afrique central). Le chercheur belge Jan-B Cuypers qui joua un rôle important dans le développement du musée au Rwanda a aussi publié plusieurs articles sur la question5

On peut voir alors que le Musée national est devenu un des principaux enjeux de ce que l’on nomme maintenant le tourisme culturel. Le musée fait partie de toute visite conseillée au Rwanda par les tours-opérateurs, et il est devenu à l’instar des gorilles, un symbole du Rwanda. Celui-ci est par exemple présent sur les billets de 1000 francs.

 

Les archives du musée

Au-delà du travail muséologique, le musée est un lieu important de recherche en sciences humaines. De nombreuses  enquêtes effectuées à partir des années 1960 y sont encore conservées, même si certaines ont cependant été détruites pendant le génocide. Le cas du Musée National est sur ce point représentatif d’un phénomène important pour les chercheurs au Rwanda : l’exagération de la destruction des archives et des documents pendant le génocide. S’il y a bien sûr eu de nombreuses destructions, celles-ci eurent souvent lieu après le génocide, dans une période d’instabilité et de pillage généralisé. Mais pour de nombreuses institutions, les archives restèrent intouchées, n’intéressant absolument pas les pillards6.

On peut voir de façon évidente à la bibliothèque du Musée National que les ouvrages datent majoritairement d’avant 1994 (et n’ont de fait pas été pillés). De même, on peut y trouver des entretiens ronéotypés des années 70 ainsi que quelques films super 8 mais aussi des archives sur le début du fonctionnement du musée en 19897.  Mais il est vrai qu’il est surtout possible d’y trouver de nombreuses enquêtes effectuées à partir de 1995, sur des thématiques aussi diverses que le mariage au Rwanda, la poterie, l’archéologie au Rwanda ou bien encore l’histoire du génocide dans la localité de Ruhashya.

Si le musée possède des archives importantes, celles-ci ne sont hélas pas valorisées. Plusieurs milliers de cassettes audio et de photos dorment dans des cartons, et il n’y a pas à ce jour de projet d’inventaire ou de numérisation.

La recherche au musée

De fait, le musée est un lieu important de la recherche en sciences humaines au Rwanda. De nombreuses enquêtes furent effectuées par les chercheurs du musée, mais celles-ci n’ont presque jamais été publiées. Pourtant, certaines se révèlent passionnantes. On  peut prendre pour exemple la récente synthèse des articles écrits après la collecte des traditions orales dans les anciennes préfectures d’Umutara et de Kibungo en décembre 2005 et janvier 2006. Au sein de ces travaux, j’ai pu trouver un article de Jean Butoto sur «les croyances traditionnelles et les pratiques funéraires dans l’ancienne région naturelle de Gisaka (Kibungo) »8

Pour les chercheurs, tant rwandais qu’étrangers, la valorisation de ces recherches ainsi que de ces archives, permettrait de mieux comprendre les travaux effectués en sciences humaines au Rwanda. Si les acteurs de la recherche rwandaise sont peu connus, c’est aussi en raison de cette absence de valorisation des archives.

Comme on l’a vu, il existe peu d’informations sur l’histoire de la muséologie au Rwanda. On peut pourtant en trouver au musée, certaines conférences ayant porté sur ce type de thématiques. C’est ainsi que j’ai pu y découvrir par hasard une cassette audio d’une conférence organisée au musée le 18 mai 1997, lors de la journée internationale des musées. Le thème était alors le trafic illicite des biens culturels. Au sein de cette cassette, j’ai pu trouver un intervention de Thomas Kamanzi9 sur l’histoire des collections muséologiques. S’il ne s’agit là que d’un extrait, cela montre l’importance de ces fonds d’archives.

Voir un extrait de l’intervention de Thomas Kamanzi (Kamanzi Thomas)

  1. Guy Duplat, « Tervuren aide à reconstituer le passé rwandais », La Libre Belgique, 5 avril 2004 []
  2. Il serait ainsi très simple de présenter la musique traditionnelle rwandaise, la majorité des enregistrements sonores collectés par les chercheurs du MRAC, ayant été numérisés. Voir ainsi le projet DEKKMA (Digitalisation de l’Archive Sonore Ethnomusicologique du Musée Royal de l’Afrique Centrale) et en particulier les projets liés à la musique rwandaise []
  3. Voir Célestin Kanimba Misago, Lode Van Pee, Rwanda: Son Patrimoine Culturel, Hier Et Aujourd’hui, Institut national des musées du Rwanda, Butare, janvier 2008 mais aussi  Célestin Kanimba Misago, Thierry Mesas, Regards sur le Rwanda, collections du Musée national, Maisonneuve et Larose, février 2003 []
  4. Voir cependant les mémoires suivants : Pauline Uwamahoro, « Le rôle du musée dans le développement socioculturel et économique du pays : Cas du MNR », Université Nationale du Rwanda, Faculté des lettres et sciences humaines département d’histoire, octobre 2001.

    Mais aussi Innocent Nizeyimana, « Politique mondiale et politique du Rwanda en matière de protection du patrimoine et de développement du tourisme : cas de la province de Ruhengeri de 1925 à 2003 », Faculté des lettres et sciences humaines département d’histoire, octobre 2006 []

  5. Voir par exemple Jan-B Cuypers. Muséologie et Culture matérielle in Recherche scientifique au Rwanda par le musée de Tervuren, Musée Royal de l’Afrique centrale à Tervuren, 1987 mais aussi Jan-B Cuypers, « la Documentation au Rwanda », CIDOC (Comité international pour la documentation), volume 7, août 1996.

    Voir aussi Dirk Thys van den Audenaerde, « Musée national du Rwanda », in Recherche scientifique au Rwanda par le musée de Tervuren, Musée Royal de l’Afrique centrale à Tervuren, 1987 []

  6. La situation diffère évidemment selon les lieux et les logiques locales du génocide. Mais des centres d’archives importants, tel que celui des Pères Blancs à Kigali, furent laissés intacts []
  7. Sur les archives du musée de Butare, lorsque celui-ci était situé à Butare, il est probable que celles-ci s’ils existent encore, se situent au sein de l’IRST. []
  8. Jean Butoto, « Les croyances traditionnelles et les pratiques funéraires dans l’ancienne région naturelle de Gisaka (Kibungo) », in Synthèse des articles écrits après la collecte des traditions orales dans les anciennes préfectures d’Umutara et de Kibungo en décembre 2005 et janvier 2006, Musée National du Rwanda, décembre 2007 []
  9. Thomas Kamanzi fut un important linguiste qui travailla à l’IRSAC et l’INRS avec de nombreux chercheurs étrangers tels que Jean-Jacques Macquet ou bien André Coupez. Il participa en particulier à la mise en place d’un important dictionnaire de Français-Kinyarwanda []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Emilie dit :

    Article très intéressant! merci Rémi de nous faire découvrir la face cachée du Rwanda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *