La future Bibliothèque nationale

En dehors des recherches sur les mémoriaux ou « lieux de mémoire », j’ai essayé de développer des réflexions autour des « lieux de savoir » au Rwanda. L’idée est venue naturellement, en me rendant compte que les étudiants rwandais au moment de devoir rédiger leurs mémoires de fin de quatrième année (bachelor), étaient généralement incapables de savoir où trouver de la documentation.

 

Il n’existe pour l’instant pas d’inventaire des bibliothèques existantes et les projets en ce sens datent généralement d’avant le génocide. Une consultance avait par exemple été effectuée en 1983 par un bibliothécaire hongrois, György Rözsa, pour le compte de l’Unesco.

 

Des projets existaient aussi autour de la bibliothèque de l’Université nationale, longtemps restée la principale institution de ce genre au Rwanda. Dans un article sur l’impact du génocide sur les bibliothèques et la formation en bibliothéconomie au Rwanda, Musa Wakhungu Olaka rappelle l’évolution récente des bibliothèques et l’affaiblissement total de celle-ci après 1994.

 

La consultation des bibliothèques « anciennes », celles existantes avant le génocide, est toujours assez particulière. Il n’y a presque plus de politique d’acquisition. Surtout, on retrouve toujours certains ouvrages alors appréciées par la présidence. Je pense en particulier à de nombreux ouvrages Nord-Coréens, présents dans toute institution avant 19941.

 

La Bibliothèque Nationale

Future Bibliothèque Nationale

 

Pour remédier à cette faiblesse, de nombreux projets ont alors été créés, dont en particulier celui de la bibliothèque nationale. Celle-ci est actuellement située dans le quartier de Gikondo, à « Rwandex » dans un bâtiment se nommant le Prestige. Pour l’instant, elle ne possède que quelques centaines d’ouvrages. Cependant, elle devrait être relocalisée bientôt, avec l’inauguration à venir d’un nouveau bâtiment à Kacyiru, à côté de l’ambassade des Etats-Unis.

Le bâtiment est magnifique, très lumineux. Après, la construction de ce bâtiment ne vas pas résoudre le problème principal : l’absence de formation en bibliothéconomie au Rwanda.

 


Agrandir la carte

  1. Ce qui interroge d’ailleurs sur les accusations alors portées contre le FPR « d’être une organisation communiste ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *